ED n 396 : «Economie, Organisation et Société» T H E S E. pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES MINES DE PARIS

Size: px
Start display at page:

Download "ED n 396 : «Economie, Organisation et Société» T H E S E. pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES MINES DE PARIS"

Transcription

1 ED n 396 : «Economie, Organisation et Société» N attribué par la bibliothèque T H E S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES MINES DE PARIS Spécialité Économie et Finance présentée et soutenue publiquement par Jun LI le 6 mars 2009 INSTRUMENTS DE POLITIQUES PUBLIQUES POUR LA MAITRISE DE L ENERGIE DANS LES PAYS EMERGENTS -LE CAS DE L HABITAT EN CHINE Directeur de thèse : Pierre- Noël Giraud devant le jury composé de : M. Jean-Charles HOURCADE... Président M. Michel COLOMBIER...Rapporteur M. Mindjid MAIZIA...Rapporteur M. Pierre-Noël GIRAUD...Examinateur M. Jérôme ADNOT...Examinateur

2

3

4

5

6

7 Introduction et résumé 1 Contexte La Chine joue un rôle prépondérant en matière d émissions de gaz à effet de serre compte tenu de son poids démographique et de la structure de sa consommation d énergie. Le charbon couvre plus de 60% des besoins énergétiques de la Chine et assure 75% de la production d électricité, le principal secteur émetteur de gaz à effet de serre. La Chine représente 36.2% de la production mondiale de charbon en La contribution de la Chine aux émissions globales de CO 2 était de 13,9% en Selon le scénario de référence de l Agence Internationale de l Energie 2, les émissions de CO 2 de la Chine seraient de 11.4 Gt à l horizon 2030, la Chine a déjà dépassé les Etats-Unis et est devenue le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre en La sécurité énergétique constitue un enjeu majeur pour le gouvernement chinois afin de ne pas brider la croissance économique du pays. Cette contrainte conduit le pays à diversifier son approvisionnement mais aussi à mettre l accent sur la maîtrise de l énergie, ce qu il a fait principalement jusqu à maintenant dans le secteur industriel. Dans un contexte de développement économique urbain rapide, le défi principal est de parvenir à maîtriser la qualité de ses infrastructures, afin de placer le pays sur une trajectoire de croissance sobre en énergie et en émissions de CO 2. Bref, il est important de comprendre comment un pays émergent tel que la Chine peut-il agir sur la qualité de ses infrastructures telles que l habitat ou encore son système énergétique? Dans quelle mesure des objectifs environnementaux peuvent-ils être tenus dans un contexte de développement urbain rapide? Quelle peut être la répartition des efforts entre les différents acteurs? Quels sont alors les instruments politiques susceptibles permettant aux acteurs d intégrer la problématique de l efficacité énergétique dans la construction de logements et dans le développement de son système d approvisionnement énergétique? 1 BP Statistical review of world energy, World Energy Outlook, La projection d émissions en Chine a été révisée à plusieurs reprises. Le chiffre indiqué est presque 60% plus élevé que celle prévue en 2002 de l AIE. i

8 2 Problématique Il y a deux questions fondamentales auxquelles cette thèse tentera de répondre. 1. Existe-t-il une trajectoire optimale d évolution des normes relatives à la performance énergétique du bâtiment dans le contexte d une urbanisation extrêmement rapide en Chine? 2. Si oui, quels sont des instruments politiques et économiques à mettre en place pour limiter la croissance de la demande énergétique et des émissions de CO 2 dans ce secteur dans le contexte économique et institutionnel chinois? L objet principal de notre travail est d élaborer des instruments intégrant l offre énergétique et la performance énergétique du bâtiment avec une approche de l analyse technico-économique afin de trouver les solutions permettant de minimiser le coût de l ensemble du système. Pourtant, la mise en oeuvre des politiques nécessite un cadre institutionnel adapté, la prise de décision est parfois très délicate parce que les gouvernements locaux sont souvent soumis à une double contrainte : 1. le développement économique à court terme ; 2. l épuisement des ressources ainsi que l impact environnemental à moyen et long terme, cela soulève la question fondamentale des sciences économiques, comment peut-on maximiser l utilité sociale avec des ressources limitées. Une ville chinoise (Tianjin) est choisie comme l étude de cas dans cette recherche. Le choix de la ville est pertinent du point de vue des prospectives énergétiques et économiques. Premièrement, la ville de Tianjin est représentative en termes de condition climatique dans la majorité des villes dans la Chine du nord, où les besoins de chauffage ne cessent d augmenter dans le secteur du bâtiment. La ville de Tianjin est située dans la zone officielle de chauffage où les chaudières et les centrales de cogénération centralisées distribuent de la chaleur. Deuxièmement, l économie et le niveau de vie des habitants vont continuer à s accroitre rapdiment dans les prochaines décennies. Le PIB par tête à Tianjin devrait atteindre 20,000 US$ en 2020, équivalent au niveau des pays moyennement industrialisés dans les années 1990.En effet, le confort d été est aussi une grande problématique énergétique dans le secteur résidentiel, la ville de Shanghai représente la zone climatique en transition où l utilisation de climatiseurs fonctionnant à pompe à chaleur (air-air) domine la consommation résidentielle d électricité, il paraît également nécessaire d effectuer une analyse des économies d énergie de climatisation dans le secteur du bâtiment à Shanghai. Pourtant, notre analyse prospective est focalisée sur la problématique du chauffage dans la partie du nord de Chine sous contrainte de données disponibles, ainsi seule la ville de Tianjin fait l objet de l exercice de modélisation dans cette recherche, l analyse succincte de la situation de Shanghai est présentée dans l annexe. La littérature explorant les expériences dans les pays développés montre que la demande des services énergétiques dans le résidentiel est étroitement corrélée avec le niveau de vie des habitants. Les ménages de la classe moyenne et supérieure peuvent accroitre leur consommation de services ii

9 énergétiques à un moindre coût que les ménages à bas revenu. Cette observation intuitive implique que la future demande d énergie dans les bâtiments dans les grandes villes chinoises sera beaucoup plus importante si aucune mesure de la maîtrise de l énergie (MDE) n est prise à court terme car les contraintes de revenu seront progressivement relâchées à mesure que les ménages s enrichiront. 3 Méthodologie Une approche quantitative est employée pour identifier la trajectoire optimale de l évolution de la performance énergétique du parc de logements et le choix du système d offre d énergie à l échelle d une ville. Il s agit de modéliser les conséquences énergétique, environnementale et économique afin de trouver le(s) choix pertinent(s) permettant de minimiser le coût social. Le modèle sélectionné (LEAP) dans l analyse de la ville est de type bottom-up, adapté pour simuler les scénarios des politiques de MDE mises en place. Nous simulerons à la fois la puissance de charge ainsi que la consommation d énergie finale et primaire en fonction des hypothèses sur la performance du bâti et sur le système énergétique. Les coûts suivants sont pris en compte dans le calcul du modèle. coût de l amélioration du rendement énergétique, y compris le coût des matériaux de construction efficace, l enveloppe d isolation, de ventilation, mesures spécifiques du système de régulation, etc. coût des sources d énergie (charbon, gaz naturel, pétrole, électricité), le prix du marché est utilisé comme le proxy du coût social (shadow price) des ressources naturelles, le benchmark price des combustibles est retenu comme la référence du coût coût du capital de l installation de nouvelle puissance de la production de chaleur et d électricité pour répondre à la demande croissante) coûts fixe et variable des O&M coût des externalités de l environnement Dans le modèle, nous déterminons deux catégories de facteurs influençant la demande énergétique, par conséquent les résultats économiques du système : 1. critères socioéconomiques population, taux d urbanisation, revenu (représenté par le PIB par tête), surface moyenne par habitant, taille de ménage, taux de pénétration des équipements électroménagers et d appareils électriques. 2. critères techniques & physiques caractéristique thermique de l enveloppe (représentée par la U-value), température chauffée à l intérieur du bâtiment, période de chauffage, le rendement de production et de distribution, iii

10 performance énergétique de l ensemble du système de fourniture de l énergie, application de nouvelles technologies avancées (e.g. CCS 3 ). Certaines variables sont interdépendantes telles que le niveau de confort et le revenu de ménage. De fait, les facteurs se décomposent en variables exogènes, explicitées directement selon nos hypothèses, et variables endogènes, calculées par le modèle en fonction de l input des variables exogènes. Nous établissions les interactions des variables par une série d équations. 4 Structure de la thèse La thèse se constitue en deux parties principales. Dans la première partie, j exposerai d abord la motivation de la recherche ainsi que la méthodologie employée. Ensuite, je présenterai les différentes trajectoires du développement de la performance énergétique des bâtiments et des technologies d offre d énergie (chauffage individuel, chaudière, usine de chaleur fonctionnant au charbon, énergie renouvelables etc) et les conséquences économiques et environnementales dans la ville de Tianjin en basant sur l approche de modélisation. Dans la deuxième partie, j aborderai l aspect institutionnel de l organisation des marchés énergétique et immobilier dans les deux villes, l analyse se focalise sur les jeux d acteurs du marché. Une revue générale des théories économiques sur les institutions, incitations et le choix social sera effectuée pour constituer le cadre d analyse. Par la suite, en combinant les résultats de la modélisation et de l analyse institutionnelle, je présenterai les résultats de la thèse et formulerai des recommandations d instruments politiques et économiques. Ces outils seront conçus pour inciter les acteurs à mieux prendre en compte les enjeux de la maîtrise de l énergie du bâtiment neuf et les choix technologiques de l offre de l énergie afin d anticiper la nécessaire transition vers une économie décarbonée. 5 Résumé des chapitres Le chapitre 1 explique la motivation de la recherche et la problématique de recherche et présente également la structure de la thèse et ses composants. La première partie de ce chapitre se consacre à la description du panorama de la consommation d énergie et les implications d émissions de CO 2 dans les villes chinoises. Il explique la raison pour laquelle nous devrons insister sur l importance de la prise en compte immédiate de l efficacité énergétique dans le bâtiment dans un contexte d urbanisation sans précédent en Chine. Une vue d ensemble de l économie de l efficacité énergétique ainsi que les barrières techniques et institutionnelles à la mise en œuvre des politiques 3 carbon caputre and storage iv

11 de maîtrise de l énergie dans les secteurs résidentiel et tertiaire sont présentées dans la deuxième partie de ce chapitre. Le chapitre 2 commence par un bref descriptif de la littérature présentant différents modèles consacrés à l analyse prospective de la demande d énergie à moyen et long terme, i.e. les différents scénarios de la demande d énergie dans le secteur du bâtiment résultant des politiques de la MDE. L analyse des scénarios élaborés dans les études précédentes montrent que la consommation d énergie dans les bâtiments en Chine pourrait être réduite de millions de tonnes d équivalent pétrole (Mtep) en 2030 par rapport au business as usual(bau), ce qui signifie que millions de tonnes d émissions de CO 2 pourraient être évitées par la mise en œuvre des politiques énergétiques appropriées dans un cadre institutionnel adapté. L essentiel des économies d énergie réside dans le chauffage urbain au nord de la Chine. Pour cela, l amélioration de la performance thermique du bâtiment ainsi que la qualité de production et de distribution de chaleur devront jouer un rôle majeur dans la maîtrise de la demande énergétqiue et des émissions de CO 2. Par la suite, le chapitre explore les implications sociales, économiques et environnementales et les limites des études de modélisation. En examinant les hypothèses et les méthodes utilisées dans la littérature existante, nous montrons que les cadres de modélisation dans la littérature existante n ont pas abordé directement la question fondamentale de nos recherches et insistons sur la nécessité de trouver la réponse pertinente. Nous concluons à la fin du chapitre que l analyse prospective de la demande énergétique et des émissions de CO 2 dans le secteur du bâtiment est nécessaire pour répondre à notre question fondamentale et expliquons pourquoi le processus de modélisation est basée sur deux échelles différentes : analyse d un quartier type et de l ensemble de la ville. Le chapitre 3 présente la méthodologie et le cadre de modélisation permettant de remédier aux limites dees travaux précédents relatifs au choix optimal de la performance énergétique du bâtiment, mentionnés dans le chapitre 2. Nous décrirons la philosophie de la construction du modèle et les choix des scénarios dans la seconde moitié de ce chapitre, la question sur les taux d actualisation sera également abordée. Le chapitre 4 présente les résultats de la modélisation à l échelle d un nouveau quartier d habitation où 70% du bâti est d utilité résidentielle et 30% des bâtiments sont conçus à des fins commerciales. L étude du quartier est basée sur plusieurs modules dans lesquels les différents portefeuilles de technologies (performance du bâti, système d approvisionnement en chaleur) sont testées afin de comparer les coûts et les avantages de différents niveaux de la construction conformément aux normes d efficacité du bâtiment résidentiel dans une nouvelle zone d aménagement de la ville de Tianjin. Il s agit d une évaluation de la décision d investissement prise lors du développement d une nouvelle zone d aménagement où l ensemble des logements sont construits en même temps. Nous évaluons les exigences de la performance thermique de différentes stratégies afin d identifier les v

12 normes optimales pour une période de 20 ans. Le résultat montre que la réglementation thermique actuelle en Chine ne permet pas d atteindre le niveau optimal (coût social minimisé) du point de vue social, on observe que la norme la plus exigeante d aujourd hui (équivalente à celle de la Suède) génère un coût global moins élevé que la réglementation, lorsque les couts des externalités ( cout d émissions de CO 2 ) ne sont pas pris en compte). Le calcul montre également que quelque soit la prise en compte ou non du coût des externalités (émissions de SO 2 ; CO 2 ), la construction des bâtiments conformément aven une performance énergétique équivalente aux exigences dans la norme française ( RT 2005) combinée avec la cogénération fonctionnant au charbon à l échelle du quartier permettrait d atteindre l optimum pour la période , tandis que l équivalent de la norme suédoise serait préférable lorsque le prix du carbone est explicite et suffisamment élevé. La politique dite fuel switch préconisant la substitution massive du charbon par le gaz naturel dans la production d énergie en ignorant la performance énergétique du bâti se révèle être un choix non pertinent car le coût serait extrêmement élevé. Le bilan carbone serait cependent nettement supérieur aux options charbon les meilleures. Le chapitre 5 poursuit le cheminement des travaux du chapitre 4 en introduisant la dynamique du parc. L objectif central est de comparer les différentes stratégies d investissement dans maîtrise de la demande et les technologies d offre afin d identifier les options optimales. L enjeu capital pour l autorité publique est d établir le pont entre la décision d investissement d aujourd hui et la capacité de transformer les bâtiments en infrastructures de basse intensité énergétique et faibles émissions de carbone à l avenir. Il s agit d un arbitrage d investissement à différents horizons de temps, puisque une grande partie du parc existant peu performant construit avant 2005 devra être réhabilité et que l infrastructure du système d offre d énergie (e.g. chaudières au charbon) devra être renouvelée à l horizon Ce sera donc l occasion de de faire des choix d investissement tant du côté de l offre que celui de la demande.en matière d offre d énergie, soit la ville pourra opter pour le fuel-switching en substituant massivement le gaz au charbon dans les chaudières ; soit elle pourra introduire les low-carbon technologies (CCS entre autres) progressivement en maintenant la structure dominante du charbon. Or ces nouvelles orientations d investissement dans les technologies d offre requiert nécessairement la capacité de financement qui, à leur tour, dépendent directement de la qualité de la performance énergétique du parc que l on construit dès aujourd hui jusqu en L amélioration de l efficacité énergétique du bâtiment va générer des rentes financières grâce à la réduction des coûts d exploitation du système tout au long de la période. Les décideurs politiques pourront transformer les rentes en capacité d investissement dans de nouvelles technologies d offre à partir de dans un contexte institutionnel adapté. Il s agit donc de comparer les différents modèles d investissement à la fois dans la demande et dans l offre. Les coûts et bénéfices séquentiels seront illustrés comme résultats de modélisation afin de savoir vi

13 comment l autorité locale doit arbitrer les décisions d investissement dans les différents temps sous contraintes des ressources économiques limitées. Ce chapitre modélise les conséquences énergétique, environnementale et économique des stratégies envisagées (traduites en scénarios dans le modèle) avec les résultats chroniques (profil annuel) résultats annuels et cumulés pour expliciter leurs coûts et avantages respectifs. Contrairement au chapitre 4 dans lequel un parc statique (construction neuve ) est pris en compte, le chapitre 5 intègre également le parc existant dans le calcul total, autrement dit, nous modélisons la dynamique de l ensemble du parc du bâtiment (construction neuve, démolition, réaffectation,réhabilitation etc.). Nous simulerons une dizaine de scénarios selon le niveau d exigence des normes des bâtiments et les différentes technologies du système de fourniture énergétique. Par ailleurs, une variante de non réhabilitation du parc existant en 2005 sera aussi simulée dans chaque scénario pour comparer les coûts actualisés. Les options de l offre d énergie considérées dans ce chapitre couvrent presque toutes les technologies disponibles de la production de chaleur et d électricité, de manière plus complète plus complète que dans le chapitre 4. Dans les scénarios sous contrainte carbone, le prix du carbone sera introduit pour prendre en compte les coûts environnementaux. Les résultats de l analyse sont assez similaires à ceux trouvés dans le chapitre précédent, les exigences équivalentes à la norme suédoise seraient le choix optimal dans la plupart des cas étant donné les technologies d offre d énergie. Les scénarios fuel switch et la mise en œuvre généralisée du CCS sont des choix extrêmement coûteux pour la société, il sera d autant plus difficile d adopter ces technologies que les bâtiments construits sont peu performants et induisent des coûts de fonctionnement élevés. La décision d investissement dans la demande et l offre énergétique doit être prudente afin de minimiser le risque de lock-in de long terme. L exigence du bâtiment low-carbon (ultra performant énergétiquement) serait souhaitable dans les scénarios où le coût des émissions de CO 2 est très élevé. Les chapitres 6 et 7 constituent la deuxième partie de la thèse et cherchent à élaborer des instruments économiques et politiques pour faciliter la convergence vers la trajectoire optimale telle que définie dans la première partie. Le chapitre 6 porte sur l analyse institutionnelle du marché énergétique et de l immobilier dans la ville de Tianjin et Shanghai. Nous aborderons les aspects suivants : l organisation et le fonctionnement du marché immobilier et les critères déterminants des composants des prix des logements ; les prix de l énergie ; les jeux d acteurs dans un système complexe liant énergie, aménagement et bâtiment. La première partie du chapitre 7 est consacrée à l étude des théories économiques de l institution et des incitations. Dans la seconde partie du chapitre,nous essayerons d élaborer des instruments politiques pour surmonter les barrières institutionnelles et techniques à la mise en œuvre des mesures vii

14 de la MDE dans le secteur résidentiel, tel que les mécanismes applicables qui relient la performance énergétique du bâtiment avec le marché du carbone international. Nous analyserons les conditions de mise en œuvre du Mécanisme du Développement Propre (MDP) dans le cadre du protocole Kyoto pour la MDE du bâtiment. D autre part, nous suggérerons que les promoteurs et constructeurs puissent être incités à mieux prendre en compte la qualité de la performance énergétique du bâtiment par le biais du tarif foncier et de la réglementation spécifique de l usage du sol destiné à la construction de logements. L une des recommandations principales repose sur la flexibilité de l allocation du coefficient d occupation du sol (COS) en fonction de la l efficacité énergétique globale de la construction. Le coût d abatement de CO 2 dans les projects d amélioration de la performance énergétique du bâtiment serait de l ordre de 16 US$ par tonne CO 2. Le programme immobilier de construction neuve pourra bénéficier d un COS spécifique suivant l échelon de la performance énergétique spécifique du bâti, tout en dépendant du système intégral d approvisionnement d énergie en amont. Nous décrirons comment tenir compte des intérêts de chaque acteur ce processus ( le fournisseur d énergie, le promoteur, le consommateur et le gouvernement). Pourtant, la mise en place de ces mécanismes semblerait nécessiter un changement fondamental du processus administratif de développement de la ville. Les résultats de calcul montrent que l agumentation du tarif de chauffage de 15-20% 4 serait indispensable pour accompagner les instruments proposés sans quoi ni le promoteur ni la compangie de chauffage aura l intérêt d investir dans la maîtrise de l énergie dans le bâtiment. De ce point de vue, la restructuration et la réforme institutionnelle du marché de l énergie et de l immobilier seront indispensables pour pouvoir atteinte les objectifs de l optimalit e telle que définie dans la thèse. Le chapitre 8 conclut la thèse. Il reprend les grandes lignes des résultats des analyses quantitatives et institutionnelles dans l optique de la réalisation des trajectoires optimales de la MDE dans les bâtiments en Chine. Les limites de cette recherche ainsi que la perspective de travaux futurs seront finalement présentées. 4 En effet, cette fourchette d agumentation du tarif permet aux consommateurs d être indifférents vis-à-vis de la facture de l énergie. viii

15 Abstract More than one billion square meters of housing should be built in Chinese cities by At the same time, demand for energy services of Chinese households is very likely to increase as a result of continually improved living standards. Space heating already accounts for almost 40% of energy consumption in the residential sector in China. Thus the energy performance of buildings in Chinese cities represents a major challenge for ensuring energy supply security and combating climate change in the next decades. Several regulations relating to the requirement of the thermal performance of housing entered into force in China successively since the 1990s, the long term consequences of failure in enforcement and implementation have been examined from both energy security and climate protection perspectives.nevertheless, few of studies in literature have addressed the issue from the perspective of economic investment decision. None of previous studies have studied the extent to which the current decision on more or less efficient standards in the large-scale urban infrastructure like buildings will have ultimately impact on the financing capacity in transforming the society toward low-carbon energy supply and consumption model, and the role the energy efficiency in buildings will play in enabling the public authority to harness the benefits resulting from reduced operation costs in early stage to facilitating the investment in new technology research and development and deployment in the future. The thesis seeks to answer two fundamental questions : 1. Is there an optimal development path to buildings energy performance standards in the context of extremely rapid urbanisation in China? 2. If so, what are political and economic instruments to put in place to limit growth in energy demand and CO 2 emissions in this sector by taking the economic and institutional characteristics into account? Based on a modelling approach, we compare a variety of strategies to manage energy demand in buildings and their economic costs in a Chinese city by Our quantitative analysis in the first part of thesis shows that the adoption of current Chinese BEE standards not only fails to achieve an optimal level from societal point of view, but would also be the most costly among the technical options available today even without taking into account any cost of environmental externalities. Inclusion of carbon price will certainly favour the high-efficiency construction technology. More importantly, the citylevel long-term modelling results show that failing in implementation of building energy efficiency today will result in tremendous difficulty in transforming the whole infrastructure under climate and economic constraints. Financing the new generation of low-carbon supply technologies such as renewable heating and carbon capture and storage require taking into account the buildings thermal quality without any delays, otherwise the whole urban infrastructure would be locked in low efficiency and high operation costs dilemma for several decades because both retrofitting and alternative energy supply in this case would be extremely costly and difficult to undergo. ix

16 Therefore we strongly recommend that efficiency issue must be attached serious attention and the current thermal regulations should be strengthened significantly and quickly to avoid irreversible carbon lock-in deadlock in the next two decades. Indeed, financial shortage appears not to be the unsurmountable barriers to upgrading the current efficiency standards based on our modelling results, instead the institutional aspect may be the main obstacle to the no-lose strategy that allows benefits creation and redistribution. Several economic and policy instruments are analysed in the second part to accompany the actions of buildings performance amelioration with removal of institutional barriers. We develop three main models to accompany the learning of high-efficiency construction technology and processing industry : 1). establishment of a carbon financing system via the integration of the Clean Development Mechanism of the Kyoto Protocol into the construction sector ; 2). flexibility of land use regulations on property developing and city zoning ; 3). creation of economic incentives to facilitate third-financing of energy efficiency in buildings, including the involvement of municipal heat companies. In this regard, district heating pricing reform must be carried out accordingly. x

17 Remerciements Je tiens à remercier vivement mon directeur de thèse, Monsieur le Professeur Pierre-Noël GI- RAUD, pour avoir accepté de diriger ce travail de recherche. Ses conseils et critiques avisés, son expérience et sa rigueur scientifique m ont guidé tout au long de ce travail. J aimerais également remercier Monsieur Jean-Charles HOURCADE, Directeur de Recherche au CNRS, qui m a fait l honneur d exercer la fonction de président du jury. J exprime mes remerciements à Monsieur Mindjid MAIZIA qui a bien voulu accepter d être le rapporteur de ce travail. Mes remerciements vont également à Monsieur Jérôme ADNOT, Directeur de Recherche au Centre Énergétique et Procédé de l École des Mines de Paris, pour son encouragement et ses conseils précieux pour mon travail, qui m a fait aussi l honneur d être membre du jury. Je remercie tout particulièrement Monsieur Michel COLOMBIER pour son encadrement de ce travail doctoral et pour toutes les heures qu il m a consacrées. Au cours de ces années, sa grande disponibilité, son enthousiasme sur le sujet et ses précieux conseils m ont permis de travailler dans les meilleures conditions. Je souhaiterais exprimer ma gratitude à Madame Carine BARBIER, j aimerais lui dire à quel point j ai apprécié son encouragement et son soutien affectif sans faille ainsi que sa grande disponibilité pour la relecture des documents que je lui ai adressés tout au long de cette période. Mes remerciements s adressent également à mes collègues de l Iddri pour leur accueil, support, aide et amitié. Je remercie l Ademe qui a financé cette thèse en m accordant une bourse de recherche. Enfin je ne saurais oublier mes parents, ce travail n aurait jamais vu le jour sans leur soutien inconditionnel et encouragement pendant ces années de thèse. xi

18

19 Table of Contents Chapter 1 Introduction Motivation Economics of building energy efficiency Cross review of previous scenarios analysis Drivers of increase in energy demand in buildings Foundation of BEE Barriers to building energy efficiency in Chinese context The fundamental question and structure of thesis Structure of thesis 24 Chapter 2 Lessons from the long term scenarios analyses China s construction dynamics and energy demand in building Mitigating CO 2 emissions from building sector Review of previous scenario analyses of energy demand in building sector Lessons from scenario and contribution of the research Conclusion of the chapter 43 Chapter 3 Methodology Framework of analysis Assessment of energy models Description of LEAP 54 Chapter 4 Economic analysis of BEE in a new residential area Introduction and summary The current status of mandatory codes for BEE Methodology General buildings typologies and characteristics Parametres of BEE improvement portfolios Costs Economic benefit of implementing BEE Benefit of CHP deployment Results and discussions Chapter conclusions 91 Chapter 5 Modelling the long term trajectories in Tianjin City Introduction and summary Economic theory of optimal BEE trajectory

20 5.3 Criterion of social optimum and boundary of costs Determining variables of buildings energy consumption Key variables Description of Scenarios Energy supply system Estimation of cost Result of simulations Model calibration of reference scenario Commercial electricity consumption by energy use Primary energy demand and emissions SYS2 primary energy supply and emission Results of alternative scenarios Alternative scenarios of primary supply Cost implications of scenarios Cost scenarios with carbon constraints (Inclusion of CO 2 emission costs) Decision on optimal BEE choice in SYS2 energy supply system System 3 energy supply scenario Conclusion of the chapter 253 Chapter 6 Institutional analysis of energy planning and property market organisation Introduction Institutional analysis of property market in Tianjin Institutional aspect of district heating supply in Tianjin District pricing and reform perspective Institutions in the property and energy efficiency Institutional barriers to full implementation of BEE standards 301 Chapter 7 Policy instruments design Summary Policy instruments for BEE Review of policy and economic instruments for BEE Proposition of instruments Policy assessment Conclusion 354 Chapter 8 Conclusion

Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2010 AUDIT OF COMPRESSED WORK WEEK AGREEMENTS 2012 SUIVI DE LA

Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2010 AUDIT OF COMPRESSED WORK WEEK AGREEMENTS 2012 SUIVI DE LA Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2010 AUDIT OF COMPRESSED WORK WEEK AGREEMENTS 2012 SUIVI DE LA VÉRIFICATION DES ENTENTES DE SEMAINE DE TRAVAIL COMPRIMÉE

More information

Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2007 AUDIT OF THE ENVIRONMENTAL COMMITMENTS IN THE OTTAWA 20/20

Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2007 AUDIT OF THE ENVIRONMENTAL COMMITMENTS IN THE OTTAWA 20/20 Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2007 AUDIT OF THE ENVIRONMENTAL COMMITMENTS IN THE OTTAWA 20/20 GROWTH MANAGEMENT STRATEGY 2009 SUIVI DE LA VÉRIFICATION

More information

Holinger AG / Holinger Group Facts and Figures 2011. Holinger SA / Groupe Holinger Faits et chiffres 2011

Holinger AG / Holinger Group Facts and Figures 2011. Holinger SA / Groupe Holinger Faits et chiffres 2011 / Facts and Figures 211 / Groupe Holinger Faits et chiffres 211 A B C D E F G Progress of shareholders equity and share value Evolution des fonds propres et de la valeur de l action Financial statement

More information

Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2007 AUDIT OF THE DISPOSAL OF PAVEMENT LINE MARKER EQUIPMENT 2009

Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2007 AUDIT OF THE DISPOSAL OF PAVEMENT LINE MARKER EQUIPMENT 2009 Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2007 AUDIT OF THE DISPOSAL OF PAVEMENT LINE MARKER EQUIPMENT 2009 SUIVI DE LA VÉRIFICATION DE L ALIÉNATION D UNE TRACEUSE

More information

Survey on Conference Services provided by the United Nations Office at Geneva

Survey on Conference Services provided by the United Nations Office at Geneva Survey on Conference Services provided by the United Nations Office at Geneva Trade and Development Board, fifty-eighth session Geneva, 12-23 September 2011 Contents Survey contents Evaluation criteria

More information

COLLABORATIVE LCA. Rachel Arnould and Thomas Albisser. Hop-Cube, France

COLLABORATIVE LCA. Rachel Arnould and Thomas Albisser. Hop-Cube, France COLLABORATIVE LCA Rachel Arnould and Thomas Albisser Hop-Cube, France Abstract Ecolabels, standards, environmental labeling: product category rules supporting the desire for transparency on products environmental

More information

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

AgroMarketDay. Research Application Summary pp: 371-375. Abstract

AgroMarketDay. Research Application Summary pp: 371-375. Abstract Fourth RUFORUM Biennial Regional Conference 21-25 July 2014, Maputo, Mozambique 371 Research Application Summary pp: 371-375 AgroMarketDay Katusiime, L. 1 & Omiat, I. 1 1 Kampala, Uganda Corresponding

More information

RÉPONSES D ÉNERGIE BROOKFIELD MARKETING INC. («EBMI») À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N o 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE PHASE II

RÉPONSES D ÉNERGIE BROOKFIELD MARKETING INC. («EBMI») À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N o 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE PHASE II RÉGIE DE L ÉNERGIE DOSSIER : R-3648-2007 RÉPONSES D ÉNERGIE BROOKFIELD MARKETING INC. («EBMI») À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N o 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE PHASE II Page 2 de 10 Question 1 1. Références

More information

Qu est-ce que le Cloud? Quels sont ses points forts? Pourquoi l'adopter? Hugues De Pra Data Center Lead Cisco Belgium & Luxemburg

Qu est-ce que le Cloud? Quels sont ses points forts? Pourquoi l'adopter? Hugues De Pra Data Center Lead Cisco Belgium & Luxemburg Qu est-ce que le Cloud? Quels sont ses points forts? Pourquoi l'adopter? Hugues De Pra Data Center Lead Cisco Belgium & Luxemburg Agenda Le Business Case pour le Cloud Computing Qu est ce que le Cloud

More information

Competitive Intelligence en quelques mots

Competitive Intelligence en quelques mots Competitive Intelligence en quelques mots Henri Dou douhenri@yahoo.fr http://www.ciworldwide.org Professeur des Universités Directeur d Atelis (Intelligence Workroom) Groupe ESCEM Consultant WIPO (World

More information

International Diversification and Exchange Rates Risk. Summary

International Diversification and Exchange Rates Risk. Summary International Diversification and Exchange Rates Risk Y. K. Ip School of Accounting and Finance, University College of Southern Queensland, Toowoomba, Queensland 4350, Australia Summary The benefits arisen

More information

Asset management in urban drainage

Asset management in urban drainage Asset management in urban drainage Gestion patrimoniale de systèmes d assainissement Elkjaer J., Johansen N. B., Jacobsen P. Copenhagen Energy, Sewerage Division Orestads Boulevard 35, 2300 Copenhagen

More information

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

Introduction au BIM. ESEB 38170 Seyssinet-Pariset Economie de la construction email : contact@eseb.fr

Introduction au BIM. ESEB 38170 Seyssinet-Pariset Economie de la construction email : contact@eseb.fr Quel est l objectif? 1 La France n est pas le seul pays impliqué 2 Une démarche obligatoire 3 Une organisation plus efficace 4 Le contexte 5 Risque d erreur INTERVENANTS : - Architecte - Économiste - Contrôleur

More information

NUNAVUT HOUSING CORPORATION - BOARD MEMBER RECRUITMENT

NUNAVUT HOUSING CORPORATION - BOARD MEMBER RECRUITMENT NUNAVUT HOUSING CORPORATION - BOARD MEMBER RECRUITMENT The is seeking Northern Residents interested in being on our Board of Directors We are seeking individuals with vision, passion, and leadership skills

More information

General Certificate of Education Advanced Level Examination June 2012

General Certificate of Education Advanced Level Examination June 2012 General Certificate of Education Advanced Level Examination June 2012 French Unit 4 Speaking Test Candidate s Material To be conducted by the teacher examiner between 7 March and 15 May 2012 (FRE4T) To

More information

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

BILL C-665 PROJET DE LOI C-665 C-665 C-665 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

BILL C-665 PROJET DE LOI C-665 C-665 C-665 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA C-665 C-665 Second Session, Forty-first Parliament, Deuxième session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C-665 PROJET DE LOI C-665 An Act to

More information

DIRECTIVE ON ACCOUNTABILITY IN CONTRACT MANAGEMENT FOR PUBLIC BODIES. An Act respecting contracting by public bodies (chapter C-65.1, a.

DIRECTIVE ON ACCOUNTABILITY IN CONTRACT MANAGEMENT FOR PUBLIC BODIES. An Act respecting contracting by public bodies (chapter C-65.1, a. DIRECTIVE ON ACCOUNTABILITY IN CONTRACT MANAGEMENT FOR PUBLIC BODIES An Act respecting contracting by public bodies (chapter C-65.1, a. 26) SUBJECT 1. The purpose of this directive is to establish the

More information

MASTER A DISTANCE «CLE/ CLS EN MILIEU SCOLAIRE»

MASTER A DISTANCE «CLE/ CLS EN MILIEU SCOLAIRE» Université d Artois U.F.R. de Langues Etrangères MASTER A DISTANCE Master Arts, Lettres et Langues Spécialité «CLE/ CLS en milieu scolaire» Voie Professionnelle ou Voie Recherche University of Artois Faculty

More information

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

SUPPLEMENT N 4 DATED 12 May 2014 TO THE BASE PROSPECTUS DATED 22 NOVEMBER 2013. BPCE Euro 40,000,000,000 Euro Medium Term Note Programme

SUPPLEMENT N 4 DATED 12 May 2014 TO THE BASE PROSPECTUS DATED 22 NOVEMBER 2013. BPCE Euro 40,000,000,000 Euro Medium Term Note Programme SUPPLEMENT N 4 DATED 12 May 2014 TO THE BASE PROSPECTUS DATED 22 NOVEMBER 2013 BPCE Euro 40,000,000,000 Euro Medium Term Note Programme BPCE (the Issuer ) may, subject to compliance with all relevant laws,

More information

NOTES POUR L ALLOCUTION DE M

NOTES POUR L ALLOCUTION DE M NOTES POUR L ALLOCUTION DE M. RÉJEAN ROBITAILLE, PRÉSIDENT ET CHEF DE LA DIRECTION, À LA CONFÉRENCE DES SERVICES FINANCIERS CANADIENS LE 31 MARS 2009, À 11H AU CENTRE MONT-ROYAL, À MONTRÉAL Mise en garde

More information

«Environnement Economique de l Entreprise»

«Environnement Economique de l Entreprise» MASTER Administration des Entreprises Apprentissage Stéphane Saussier Saussier@univ-paris1.fr «Environnement Economique de l Entreprise» Séance 5 - Incentives in Organization - SSA 2015-1 Incentive Theory

More information

Correspondance des termes comptables et financiers. Français-Anglais. Action on Line S.A. Copyright Tous droits réservés. Page 1

Correspondance des termes comptables et financiers. Français-Anglais. Action on Line S.A. Copyright Tous droits réservés. Page 1 Correspondance des termes comptables et financiers Français-Anglais Page 1 TERMES FRANCAIS EQUIVALENT ANGLAIS Achats Purchases Actifs Assets Actif circulant Current assets (sometimes known as Circulated

More information

Proposition d intervention

Proposition d intervention MERCREDI 8 NOVEMBRE Conférence retrofitting of social housing: financing and policies options Lieu des réunions: Hotel Holiday Inn,8 rue Monastiriou,54629 Thessaloniki 9.15-10.30 : Participation à la session

More information

CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH

CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH CERN/FC/5738 Original: anglais 14 juin 2013 ORGANISATION EUROPEENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH Suite à donner Procédure de vote Discussion COMITÉ DES FINANCES

More information

Measuring Policing Complexity: A Research Based Agenda

Measuring Policing Complexity: A Research Based Agenda ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

Fact Sheet on China s energy sector and Danish solutions

Fact Sheet on China s energy sector and Danish solutions Fact Sheet on China s energy sector and Danish solutions 1. EXPANSION WITH RENEWABLE ENERGY: China focuses on a massive expansion with non fossil energy that is renewable energy and nuclear energy. The

More information

RÉPONSE DE ÉNERGIE LA LIÈVRE S.E.C. ET D ÉNERGIE BROOKFIELD MARKETING INC. À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENT N o 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE («RÉGIE»)

RÉPONSE DE ÉNERGIE LA LIÈVRE S.E.C. ET D ÉNERGIE BROOKFIELD MARKETING INC. À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENT N o 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE («RÉGIE») RÉGIE DE L ÉNERGIE DOSSIER : R-3625-2007 RÉPONSE DE ÉNERGIE LA LIÈVRE S.E.C. ET D ÉNERGIE BROOKFIELD MARKETING INC. À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENT N o 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE («RÉGIE») Page 2 de 7 Question

More information

Guidance on Extended Producer Responsibility (EPR) Analysis of EPR schemes in the EU and development of guiding principles for their functioning

Guidance on Extended Producer Responsibility (EPR) Analysis of EPR schemes in the EU and development of guiding principles for their functioning (EPR) Analysis of in the EU and development of guiding principles for their functioning In association with: ACR+ SITA LUNCH DEBATE 25 September 2014 Content 1. Objectives and 2. General overview of in

More information

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

Méthodes ensemblistes pour une localisation robuste de robots sous-marins

Méthodes ensemblistes pour une localisation robuste de robots sous-marins Méthodes ensemblistes pour une localisation robuste de robots sous-marins Jan Sliwka To cite this version: Jan Sliwka. Méthodes ensemblistes pour une localisation robuste de robots sous-marins. Automatique

More information

Audit de sécurité avec Backtrack 5

Audit de sécurité avec Backtrack 5 Audit de sécurité avec Backtrack 5 DUMITRESCU Andrei EL RAOUSTI Habib Université de Versailles Saint-Quentin-En-Yvelines 24-05-2012 UVSQ - Audit de sécurité avec Backtrack 5 DUMITRESCU Andrei EL RAOUSTI

More information

The Need For Speed. leads to PostgreSQL. Dimitri Fontaine dimitri@2ndquadrant.fr. 28 Mars 2013

The Need For Speed. leads to PostgreSQL. Dimitri Fontaine dimitri@2ndquadrant.fr. 28 Mars 2013 The Need For Speed leads to PostgreSQL Dimitri Fontaine dimitri@2ndquadrant.fr 28 Mars 2013 Dimitri Fontaine dimitri@2ndquadrant.fr The Need For Speed 28 Mars 2013 1 / 23 Dimitri Fontaine 2ndQuadrant France

More information

CFT 100000930 ICT review Questions/Answers

CFT 100000930 ICT review Questions/Answers CFT 100000930 ICT review Questions/Answers 1. Est-ce que la stratégie métier est formalisée dans un document détaillant les priorités? Yes, there are two strategic documents, the STRATEGIC ORIENTATIONS

More information

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

Private banking: the post-eldorado era

Private banking: the post-eldorado era Private banking: the post-eldorado era Michel Juvet Partner 9 June 2015 All crises beget new regulations 2008: the turning point Client protection MIFID, UCITS, FIDLEG Bank balance sheets Basel III Banking

More information

AP FRENCH LANGUAGE 2008 SCORING GUIDELINES

AP FRENCH LANGUAGE 2008 SCORING GUIDELINES AP FRENCH LANGUAGE 2008 SCORING GUIDELINES Part A (Essay): Question 31 9 Demonstrates STRONG CONTROL Excellence Ease of expression marked by a good sense of idiomatic French. Clarity of organization. Accuracy

More information

DHI a.s. Na Vrsich 51490/5, 100 00, Prague 10, Czech Republic ( t.metelka@dhi.cz, z.svitak@dhi.cz )

DHI a.s. Na Vrsich 51490/5, 100 00, Prague 10, Czech Republic ( t.metelka@dhi.cz, z.svitak@dhi.cz ) NOVATECH Rehabilitation strategies in wastewater networks as combination of operational, property and model information Stratégies de réhabilitation des réseaux d'égouts combinant des données d exploitation,

More information

Mise à jour du document Propriété intellectuelle Lignes directrices pour l application de la Loi

Mise à jour du document Propriété intellectuelle Lignes directrices pour l application de la Loi Mise à jour du document Propriété intellectuelle Lignes directrices pour l application de la Loi SECTION NATIONALE DU DROIT DE LA CONCURRENCE ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Juin 2014 500-865 Carling Avenue,

More information

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

Appendix B Catalonia Prepared by the Agencia per a la Qualitat del Sistema Universitari

Appendix B Catalonia Prepared by the Agencia per a la Qualitat del Sistema Universitari Appendix B Catalonia Prepared by the Agencia per a la Qualitat del Sistema Universitari En Europe coexiste une diversité de modèles d'institutions responsables de la promotion et de la gestion de l'évaluation

More information

Introduction. GEAL Bibliothèque Java pour écrire des algorithmes évolutionnaires. Objectifs. Simplicité Evolution et coévolution Parallélisme

Introduction. GEAL Bibliothèque Java pour écrire des algorithmes évolutionnaires. Objectifs. Simplicité Evolution et coévolution Parallélisme GEAL 1.2 Generic Evolutionary Algorithm Library http://dpt-info.u-strasbg.fr/~blansche/fr/geal.html 1 /38 Introduction GEAL Bibliothèque Java pour écrire des algorithmes évolutionnaires Objectifs Généricité

More information

Il est repris ci-dessous sans aucune complétude - quelques éléments de cet article, dont il est fait des citations (texte entre guillemets).

Il est repris ci-dessous sans aucune complétude - quelques éléments de cet article, dont il est fait des citations (texte entre guillemets). Modélisation déclarative et sémantique, ontologies, assemblage et intégration de modèles, génération de code Declarative and semantic modelling, ontologies, model linking and integration, code generation

More information

The SIST-GIRE Plate-form, an example of link between research and communication for the development

The SIST-GIRE Plate-form, an example of link between research and communication for the development 1 The SIST-GIRE Plate-form, an example of link between research and communication for the development Patrick BISSON 1, MAHAMAT 5 Abou AMANI 2, Robert DESSOUASSI 3, Christophe LE PAGE 4, Brahim 1. UMR

More information

Microfinance and the growth of small-scale agribusinesses in Malawi

Microfinance and the growth of small-scale agribusinesses in Malawi Research Application Summary Microfinance and the growth of small-scale agribusinesses in Malawi Dzanja, J.K. University of Malawi, Bunda College of Agriculture Corresponding author: joseph_dzanja@yahoo.co.uk

More information

Survey on use of Taser International 21ft cartridges

Survey on use of Taser International 21ft cartridges ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

Note concernant votre accord de souscription au service «Trusted Certificate Service» (TCS)

Note concernant votre accord de souscription au service «Trusted Certificate Service» (TCS) Note concernant votre accord de souscription au service «Trusted Certificate Service» (TCS) Veuillez vérifier les éléments suivants avant de nous soumettre votre accord : 1. Vous avez bien lu et paraphé

More information

«Théories Economiques de L Entreprise» Séance 4 La théorie des incitations : L entreprise comme nœud de contrats MASTER RECHERCHE

«Théories Economiques de L Entreprise» Séance 4 La théorie des incitations : L entreprise comme nœud de contrats MASTER RECHERCHE MASTER RECHERCHE Stéphane Saussier Saussier@univ-paris1.fr «Théories Economiques de L Entreprise» Slides disponibles : http://www.webssa.net Séance 4 La théorie des incitations : L entreprise comme nœud

More information

Fondation Rennes 1. Atelier de l innovation. Fondation Rennes 1. Fondation Rennes 1 MANAGEMENT AGILE. Fondation Rennes 1 ET INNOVATION

Fondation Rennes 1. Atelier de l innovation. Fondation Rennes 1. Fondation Rennes 1 MANAGEMENT AGILE. Fondation Rennes 1 ET INNOVATION Atelier de l innovation MANAGEMENT AGILE ET INNOVATION Chaire Economie de l innovation - Mourad Zeroukhi 2012-2014 Centre de Recherche en иconomie et Management UniversitИ de Rennes 1 Chaire Economie de

More information

Account Manager H/F - CDI - France

Account Manager H/F - CDI - France Account Manager H/F - CDI - France La société Fondée en 2007, Dolead est un acteur majeur et innovant dans l univers de la publicité sur Internet. En 2013, Dolead a réalisé un chiffre d affaires de près

More information

Dental Insurance Claims Identification of Atypical Claims Activity

Dental Insurance Claims Identification of Atypical Claims Activity Member s Paper Dental Insurance Claims Identification of Atypical Claims Activity By Barry Senensky, BSc, FCIA, FSA Jonathan Polon, BSc, FSA Any opinions expressed in this paper are those of the author

More information

MD. ALI KHAN. and THE MINISTER OF CITIZENSHIP AND IMMIGRATION REASONS FOR ORDER AND ORDER

MD. ALI KHAN. and THE MINISTER OF CITIZENSHIP AND IMMIGRATION REASONS FOR ORDER AND ORDER Federal Court Cour fédérale Date: 20101001 Docket: IMM-1196-10 Citation: 2010 FC 983 St. John s, Newfoundland and Labrador, October 1, 2010 PRESENT: The Honourable Madam Justice Heneghan BETWEEN: MD. ALI

More information

«Object-Oriented Multi-Methods in Cecil» Craig Chambers (Cours IFT6310, H08)

«Object-Oriented Multi-Methods in Cecil» Craig Chambers (Cours IFT6310, H08) «Object-Oriented Multi-Methods in Cecil» Craig Chambers (Cours IFT6310, H08) Mathieu Lemoine 2008/02/25 Craig Chambers : Professeur à l Université de Washington au département de Computer Science and Engineering,

More information

Study on Exit Mechanism for Private Equity Investment

Study on Exit Mechanism for Private Equity Investment Canadian Social Science Vol.5 No.2 April 2009 Study on Exit Mechanism for Private Equity Investment ETUDES SUR LE MECANISME DE SORTIE POUR L INVESTISSEMENT PRIVE YU Suli 1 Abstract: As a new type of investment

More information

Finding a research subject in educational technology

Finding a research subject in educational technology Finding a research subject in educational technology Finding a research subject in educational technology thesis-subject (version 1.0, 1/4/05 ) Code: thesis-subject Daniel K. Schneider, TECFA, University

More information

FOR TEACHERS ONLY The University of the State of New York

FOR TEACHERS ONLY The University of the State of New York FOR TEACHERS ONLY The University of the State of New York REGENTS HIGH SCHOOL EXAMINATION F COMPREHENSIVE EXAMINATION IN FRENCH Friday, June 16, 2006 1:15 to 4:15 p.m., only SCORING KEY Updated information

More information

Demand Driven Distribution: The Logistical Challenges and Opportunities

Demand Driven Distribution: The Logistical Challenges and Opportunities Demand Driven Distribution: The Logistical Challenges and Opportunities J. Ashayeri, R.P. Kampstra Department of Econometrics and Operations Research Tilburg University P.O. Box 90153 5000 LE Tilburg,

More information

ACP-EU Cooperation Programme in Science and Technology (S&T II) / Programme de Coopération ACP-UE pour la Science et la Technologie

ACP-EU Cooperation Programme in Science and Technology (S&T II) / Programme de Coopération ACP-UE pour la Science et la Technologie ACP Science and Technologie Programme Programme Management Unit ACP-EU Cooperation Programme in Science and Technology (S&T II) / Programme de Coopération ACP-UE pour la Science et la Technologie EuropeAid/133437/D/ACT/ACPTPS

More information

The vicissitudes of energy-climate policy in Stockholm: politics, materiality and transition

The vicissitudes of energy-climate policy in Stockholm: politics, materiality and transition The vicissitudes of energy-climate policy in Stockholm: politics, materiality and transition Jonathan Rutherford LATTS (Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés) Ecole des Ponts ParisTech Consensus

More information

REQUEST FORM FORMULAIRE DE REQUÊTE

REQUEST FORM FORMULAIRE DE REQUÊTE REQUEST FORM FORMULAIRE DE REQUÊTE ON THE BASIS OF THIS REQUEST FORM, AND PROVIDED THE INTERVENTION IS ELIGIBLE, THE PROJECT MANAGEMENT UNIT WILL DISCUSS WITH YOU THE DRAFTING OF THE TERMS OF REFERENCES

More information

EPREUVE D EXPRESSION ORALE. SAVOIR et SAVOIR-FAIRE

EPREUVE D EXPRESSION ORALE. SAVOIR et SAVOIR-FAIRE EPREUVE D EXPRESSION ORALE SAVOIR et SAVOIR-FAIRE Pour présenter la notion -The notion I m going to deal with is The idea of progress / Myths and heroes Places and exchanges / Seats and forms of powers

More information

REQUEST FORM FORMULAIRE DE REQUÊTE

REQUEST FORM FORMULAIRE DE REQUÊTE REQUEST FORM FORMULAIRE DE REQUÊTE ON THE BASIS OF THIS REQUEST FORM, AND PROVIDED THE INTERVENTION IS ELIGIBLE, THE PROJECT MANAGEMENT UNIT WILL DISCUSS WITH YOU THE DRAFTING OF THE TERMS OF REFERENCES

More information

HEALTH CARE DIRECTIVES ACT

HEALTH CARE DIRECTIVES ACT A11 HEALTH CARE DIRECTIVES ACT Advances in medical research and treatments have, in many cases, enabled health care professionals to extend lives. Most of these advancements are welcomed, but some people

More information

ARE NEW OIL PIPELINES AND TANKER FACILITIES VIABLE IN CANADA?

ARE NEW OIL PIPELINES AND TANKER FACILITIES VIABLE IN CANADA? ARE NEW OIL PIPELINES AND TANKER FACILITIES VIABLE IN CANADA? Research Report June 11, 2013 Innovative Research Group, Inc. www.innovativeresearch.ca Toronto : Calgary : Vancouver Toronto 56 The Esplanade

More information

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

Future Entreprise. Jean-Dominique Meunier NEM Executive Director www.nem-initiative.org. Nov. 23, 2009 FIA Stockholm

Future Entreprise. Jean-Dominique Meunier NEM Executive Director www.nem-initiative.org. Nov. 23, 2009 FIA Stockholm Future Entreprise Jean-Dominique Meunier NEM Executive Director www.nem-initiative.org Nov. 23, 2009 FIA Stockholm 1 Nov. 23, 2009 FIA Stockholm Source : @JDM 2 Nov. 23, 2009 FIA Stockholm Source : @JDM

More information

THE ACCOUNTABILITY CHALLENGE IN HEALTH CARE: THE CONTRIBUTION OF A HEALTH OMBUDSMAN

THE ACCOUNTABILITY CHALLENGE IN HEALTH CARE: THE CONTRIBUTION OF A HEALTH OMBUDSMAN THE ACCOUNTABILITY CHALLENGE IN HEALTH CARE: THE CONTRIBUTION OF A HEALTH OMBUDSMAN Catherine Régis* Résumé............................... 89 Summary............................... 90 Introduction.............................

More information

Sun Management Center Change Manager 1.0.1 Release Notes

Sun Management Center Change Manager 1.0.1 Release Notes Sun Management Center Change Manager 1.0.1 Release Notes Sun Microsystems, Inc. 4150 Network Circle Santa Clara, CA 95054 U.S.A. Part No: 817 0891 10 May 2003 Copyright 2003 Sun Microsystems, Inc. 4150

More information

Finance immobilière Essais sur la gestion de portefeuille et des risques

Finance immobilière Essais sur la gestion de portefeuille et des risques UNIVERSITÉ DE CERGY-PONTOISE E.D. ÉCONOMIE, MANAGEMENT, MATHÉMATIQUES CERGY LABORATOIRE DE RECHERCHE THEMA Thèse pour obtenir le grade de Docteur en Sciences de Gestion de l Université de Cergy-Pontoise

More information

How to Modernise the Catching Sector Without Increasing Fishing?

How to Modernise the Catching Sector Without Increasing Fishing? How to Modernise the Catching Sector Without Increasing Fishing? Bertrand Le Gallic (with the help of Myriam Robert) UMR AMURE M_101/ UBO / Université de Brest w w w. a m u r e. f r Audience Publique au

More information

Richard Schomberg IEC Smart Grid chair EDF VP Smart Energy Standards

Richard Schomberg IEC Smart Grid chair EDF VP Smart Energy Standards Richard Schomberg IEC Smart Grid chair EDF VP Smart Energy Standards GEP-AFTP 17 June, 2014 Courbevoie INTERNATIONAL ELECTROTECHNICAL COMMISSION * Outline Smart grids: what are we talking about? Smart

More information

Level 2 French, 2014

Level 2 French, 2014 91121 911210 2SUPERVISOR S Level 2 French, 2014 91121 Demonstrate understanding of a variety of written and / or visual French text(s) on familiar matters 9.30 am Wednesday 26 November 2014 Credits: Five

More information

direction participative / gestion participative / gestion participative par objectifs / «management» participatif

direction participative / gestion participative / gestion participative par objectifs / «management» participatif DÉFINITIONS TITRE CHAPITRE DU MANAGEMENT EN FRANÇAIS Titre Management chapitre en definitions anglais conduite / direction / gestion / management / organisation management Management is the process of

More information

SIXTH FRAMEWORK PROGRAMME PRIORITY [6

SIXTH FRAMEWORK PROGRAMME PRIORITY [6 Key technology : Confidence E. Fournier J.M. Crepel - Validation and certification - QA procedure, - standardisation - Correlation with physical tests - Uncertainty, robustness - How to eliminate a gateway

More information

Report to Rapport au: Council Conseil 9 December 2015 / 9 décembre 2015. Submitted on October 26, 2015 Soumis le 26 octobre 2015

Report to Rapport au: Council Conseil 9 December 2015 / 9 décembre 2015. Submitted on October 26, 2015 Soumis le 26 octobre 2015 1 Report to Rapport au: Council Conseil 9 December 2015 / 9 décembre 2015 Submitted on October 26, 2015 Soumis le 26 octobre 2015 Submitted by Soumis par: Susan Jones, Acting Deputy City Manager, City

More information

Personnalisez votre intérieur avec les revêtements imprimés ALYOS design

Personnalisez votre intérieur avec les revêtements imprimés ALYOS design Plafond tendu à froid ALYOS technology ALYOS technology vous propose un ensemble de solutions techniques pour vos intérieurs. Spécialiste dans le domaine du plafond tendu, nous avons conçu et développé

More information

Rio de Janeiro. Tout simplement, HISTORIQUE! RESULTATS SPORTIFS Christophe PINNA NICE ELITE SPORT 21, bd Carnot 06300 Nice Tél. : +33 (0)6 08 45 80 07 Fax : +33 (0)4 93 56 78 77 Email : c.pinna@wanadoo.fr

More information

Le projet européen ECOLABEL

Le projet européen ECOLABEL 4/02/2015 Le projet européen ECOLABEL Agnès JULLIEN (Ifsttar) WP1 leader (key performance indicators) agnes.jullien@ifsttar.fr ECOLABEL PROJECT PROPOSED METHODOLOGY and KPIs Main concepts Development of

More information

First-half 2012 Results. August 29 th, 2012. Jean-Paul AGON. Chairman and CEO

First-half 2012 Results. August 29 th, 2012. Jean-Paul AGON. Chairman and CEO First-half 2012 Results August 29 th, 2012 Jean-Paul AGON Chairman and CEO First-half 2012 Results +11.4% +10.8% Operating profit 1,702.3 1,896.5 Net profit after non-controlling interests 1,625.2 1,466.6

More information

The Premium Review. 7 December 2006

The Premium Review. 7 December 2006 The Premium Review 7 December 2006 The L Oréal Business Model Growth Perspectives : 4 illustrations L Oréal Highlights 3 Worldwide leader in Cosmetics 2005 Sales : 14 533 M A unique expertise : A Pure

More information

HIGH VALUE ECO-INDUSTRIAL SOLUTIONS

HIGH VALUE ECO-INDUSTRIAL SOLUTIONS HIGH VALUE ECO-INDUSTRIAL SOLUTIONS 2 WHO ARE WE? PHYCOENERGY, a young company (established in 2012) in the ecoindustrial sector, whose aim is to sign, velop and implement technological and innovative

More information

In-Home Caregivers Teleconference with Canadian Bar Association September 17, 2015

In-Home Caregivers Teleconference with Canadian Bar Association September 17, 2015 In-Home Caregivers Teleconference with Canadian Bar Association September 17, 2015 QUESTIONS FOR ESDC Temporary Foreign Worker Program -- Mr. Steve WEST *Answers have been updated following the conference

More information

What theory of social justice. is best fit for disabled people?

What theory of social justice. is best fit for disabled people? Colloque ASERH 5 juillet 2012 What theory of social justice is best fit for disabled people? Philippe Sanchez What do we owe, politically, to? That is the fundamental question of every theory of justice.

More information

ENABLING OBJECTIVE AND TEACHING POINTS. DRILL: 401.02 5. TIME: One 30 minutes period. 6. METHOD/APPROACH: a. demonstration; and. b. performance.

ENABLING OBJECTIVE AND TEACHING POINTS. DRILL: 401.02 5. TIME: One 30 minutes period. 6. METHOD/APPROACH: a. demonstration; and. b. performance. CHAPTER 4: LESSON SPECIFICATIONS COURSE TITLE: GREEN STAR COURSE ENABLING OBJECTIVE AND TEACHING POINTS CTS NUMBER: A-CR-CCP-116/PC-001 TRAINING DETAILS DRILL: 401.02 5. TIME: One 30 minutes period. 1.

More information

Percentage Ladder French Unit 1: Qu est-ce que tu aimes regarder? Year 8 Reading and Speaking

Percentage Ladder French Unit 1: Qu est-ce que tu aimes regarder? Year 8 Reading and Speaking Percentage Ladder French Unit 1: Qu est-ce que tu aimes regarder? Year 8 and Percentage I can Prove it! 80% I can understand authentic spoken texts and material from a range of voices. I can paraphrase

More information

CB Test Certificates

CB Test Certificates IECEE OD-2037-Ed.1.5 OPERATIONAL & RULING DOCUMENTS CB Test Certificates OD-2037-Ed.1.5 IECEE 2011 - Copyright 2011-09-30 all rights reserved Except for IECEE members and mandated persons, no part of this

More information

PLANNING COMMITTEE REPORT 31 13 JUNE 2012 43 COMITÉ DE L URBANISME RAPPORT 31 LE 13 JUIN 2012

PLANNING COMMITTEE REPORT 31 13 JUNE 2012 43 COMITÉ DE L URBANISME RAPPORT 31 LE 13 JUIN 2012 43 COMITÉ DE L URBANISME 4. IMPLEMENTATION OF PLANNING AND GROWTH MANAGEMENT STRATEGIC BUSINESS TECHNOLOGY PLAN MISE EN OEUVRE DU PLAN OPÉRATIONNEL STRATÉGIQUE D URBANISME ET GESTION DE LA CROISSANCE EN

More information

Application of computational fluid dynamics to spray drying

Application of computational fluid dynamics to spray drying Application of computational fluid dynamics to spray drying Simon Lo To cite this version: Simon Lo. Application of computational fluid dynamics to spray drying. Le Lait, 2005, 85 (4-5), pp.353-359.

More information

The Register of the Domain of the State A Revolution in the Registration of Land Rights

The Register of the Domain of the State A Revolution in the Registration of Land Rights The Register of the Domain of the State A Revolution in the Registration of Land Rights Daniel ROBERGE, Canada Key words: government, rights in public land, Internet, Register, Registration system, Cadastre

More information

RELATIONS INTERNATIONALES

RELATIONS INTERNATIONALES RELATIONS INTERNATIONALES Economist Création with a MBA in Business Strategy Mission from the Getulio Vargas. Has titles Faits of et Master chiffres of Financial Economics, University of London and International

More information

REQUEST FORM FORMULAIRE DE REQUETE

REQUEST FORM FORMULAIRE DE REQUETE REQUEST FORM FORMULAIRE DE REQUETE ON THE BASIS OF THIS REQUEST FORM, AND PROVIDED THE INTERVENTION IS ELIGIBLE, THE PROJECT MANAGEMENT UNIT WILL DISCUSS WITH YOU THE DRAFTING OF THE TERMS OF REFERENCES

More information

QUÉBEC CHAPTER CANADA GREEN BUILDING COUNCIL ENERGY EFFICIENCY. Innovation Seminars

QUÉBEC CHAPTER CANADA GREEN BUILDING COUNCIL ENERGY EFFICIENCY. Innovation Seminars QUÉBEC CHAPTER CANADA GREEN BUILDING COUNCIL ENERGY EFFICIENCY STRATEGIES IN QUEBEC Innovation Seminars Canadian German Chamber Of Industry and Commerce Inc February 7 and 8, 2013 Louis Vincent, President

More information

KNOWLEDGE MANAGEMENT: Issues and practical options for the DAC Network on Development Evaluation. Item 4: i

KNOWLEDGE MANAGEMENT: Issues and practical options for the DAC Network on Development Evaluation. Item 4: i DACNETWORKON DEVELOPMENT EVALUATION KNOWLEDGE MANAGEMENT: Issues and practical options for the DAC Network on Development Evaluation Item 4: i This study is submitted by the Policy and Operations Evaluation

More information

Fire Management Planning Guideline for Provincial Parks and Conservation Reserves

Fire Management Planning Guideline for Provincial Parks and Conservation Reserves Fire Management Planning Guideline for Provincial Parks and Conservation Reserves Version 2.0 June 16, 2011 The purpose of this guideline is to assist MNR staff in fire management planning for protected

More information

RECEIVED AUG 2 7 2014

RECEIVED AUG 2 7 2014 RECEIVED AUG 2 7 2014 FEDERATION OF CANADIAN ARCHERS INC. FINANCIAL STATEMENTS ETATS FINANCIERS MARCH 31, 2014 CONTENTS INDEPENDENT AUDITORS' REPORT FINANCIAL STATEMENTS STATEMENT OF FINANCIAL POSITION

More information