Website: ISSN

Size: px
Start display at page:

Download "Website: www.iiersd-research.org ISSN 2276-9331."

Transcription

1 ISSN i i

2 ISSN ii THE SOCIETY FOR COMMON WEALTH SCHOLARS IN RESEARCH AND SUSTAINABLE DEVELOPMENT (SCWSRSD) Vol. 6, SEPTEMBER 2013 (A JOURNAL OF THE OUTCOME OF UNIVERSITY OF NAIROBI, KENYA, CONFERENCE 2013) WORLD CONTACTS: NATIONAL AND INTERNATIONAL C/ O Dr. ORIME O.C.N. P.M.B 5080, RIVERS STATE UNIVERSITY OF SCIENCE AND TECHNOLOGY PORT HARCOURT, PROF. LAMBI CORNELLUS.M DEPARTMENT OF GEOGRAPHY AND ENVIRONMENTAL MANAGEMENT, UNIVERSITY OF BUEA, CAMMEROON. ECHETA DESMOND DEPARTMENT OF BANKING AND FINANCE, IMO STATE POLY TECHNIC, UMUAGWU OWERRI, IMO STATE. ENGR. BARINE LEDOGO A. DEPARTMENT OF CIVIL ENGINEERING, RIVERS STATE POLY TECHNIC BORI, NIGERIA. PROSPER DAKU DEPARTMENT OF SPECIAL EDUCATION/EDUCATIONAL FOUNDATION, UNIVERSITY OF CAPE COAST GHANA, WEST AFRICA. THEOPHILUS K. APPIAH C/O KUMASI WESLEY GUEST HOUSE P.O. BOX 267, ADUM-KUMASI, GHANA COORDINATING EDITORS FOR THE SERIES ORIME OKECHUKWU C. N. PhD RIVERS STATE UNIVERSITY OF SCIENCE AND TECHNOLOGY, P.H DR. WANIE CLARKSON M. DEPARTMENT OF GEOGRAPHY UNIVERSITY OF MAROUA, CAMEROON ii

3 ISSN iii All right reserved No part of this publication should be reproduced or transmitted, in any form of electronic storing medium without the due consent of the institute. But every contributors are meant to collect their paper with the payment of amount dully approved by the editorial board of IIERSD. Copy IIERSD GLOBAL Wesley G. House P. O. Box 267 Adum-Kumasi, Ghana. First Publication Second publication February 2012 Third publication July 2012 Six publication October 2013 Published by: The International Institute for Empirical Research and Sustainable Development (IIERSD) through Unique Printers Portonovo Benin Republic, Republic of Togo in Research Association with Faculty of Management and Social Science University of Buea, Republic of Cameroon C/o Dede Printing Press, Rivers State University of Science and Technology, P.H ISSN iii

4 ISSN iv Editor in Chief Prof. Elvin Whyly, University of British Columbia Canada. Prof. Uche Jack Osimiri Faculty of Law, Rivers State University of Science and Technology, Port Harcourt, Rivers State, Nigeria. Consulting Editors: Mansoureh A. Director of the Management of Pishrayan Institute, India Prof. F. D. Sikoki Department of Biotechnology University of Port Harcourt. Dr. Salokum S. O. Department of Physical and Health Education, Obafemi Awolowo University, Ife Osun State. Prosper Daku Department of Educational Foundation, University of Capecoast, Ghana. Assistance Editor in Chief Dr. O. D. Ngerebara Institute of Geo-Science and Space Technology Rivers University of Science and Technology Port Harcourt, Nigeria Dr. J. A. Osakwe Department of Crop Science Rivers State University of Science and Technology, Port Harcourt, Nigeria. Co-Ordinating Editor I Orime Okechukwu C. N. (Ph.D) Rivers State University of Science and Technology, P.M.B Port Harcourt Co-Ordinating Editor II Arthur Shantel C/ O Mr. James Woode Dunkwa Secondary Technical Senior High School, West African Health Organization (WAHO) Ghana iv

5 ISSN v Guidelines for Contributors The Society for Common Wealth Scholars in Research and Sustainable Development (SCWSRSD) is a research Journal considered as a publication of the International Institute for Empirical Research and Sustainable Development at the global level, after due periodic and scholastic conference debate. IIERSD is both academic, Industrial and Technical Problem Solving Journal, which is annually published every year between April and December. This journal is also considered as a multi-disciplinary research collection oriented towards global problem solving which is globally accessible online through our website The Mission Statement: IIERSD Journal is a Universities based foundational research network worldwide. The Mission of IIERSD Journal is to solve problems arising from Educational Industry, Governance, political class, technological innovation and Individual Enterprises through a peer review and professional ideology remarks and debate. IIERSD Journal is an outcome of corrected and reviewed conference debates, both at the Conference level and otherwise which is also oriented toward manpower development. All contribution must be either in English or French, but all articles written in French should have a brief preamble in English Language for clarity. All manuscripts should be submitted electronically through our address - or using the APA Referencing style. However, to enhance our processing and vetting of your paper, a non refundable fees of three hundred US dollar or its equivalent of N48, can be paid into our institute Account in Fidelity Bank account No.: , First Bank account No.: or our ECO bank dollar account No The amount covers conference fees and journal publications i.e. for conference and journal published outside Nigeria. Books and articles cited in the body of the write up should be indicated in the reference section of your work e.g. Yakubu (2013), Orime (2012), including all co-authors, should all be reflected e.g. Amadi, and James (2009): Revisiting the problem of oil subsidy removal in Nigeria. Saula, (2012) Killing corruption in Nigeria through spiritual and physical insecticide medium, Onyema publishing company, Cape Coast, Ghana. v

6 ISSN vi NAME(S) OF AUTHOR(S) Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 1 Edinam Kola, 2 Orime, Okechukwu C. N. Ph.D, and 3 Isaac, A. O., 1 Jude Nwoka (JP) FCIA, MNIM, 2 Hon. Simeon Contro Asobi 1 Jude Nwoka JP (FCIA, MNIM), 2 Dr. Thom-Otuya, V. C. *1 Suleiman A. A., 2 Ikpeme C, and 3 Ayo J TOPICS PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE A STUDY ON ENVIRONMENTAL HEALTH SUSTAINABLE TOURISM DEVELOPMENT AND HOSPITALITY IN NIGERIA: AN OVERVIEW EDUCATION AND SUSTAINABLE RESEARCH IN THE 21 ST CENTURY, THE SKILL GAP CHALLENGE IN NIGERIA MANAGERIAL EFFICIENCY AND ORGANIZATIONAL PRODUCTIVITY (A STUDY OF RIVOC PLC PORT HARCOURT, RIVERS STATE, NIGERIA) OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY ISSUES IN MICRO AND SMALL SCALE CUSTOM GRAINS MILLERS IN TARABA STATE 1 Agu Anthony, 2 Ogu Callistus THE ROLE OF COMMERCIAL BANK ON THE INDUSTRIAL SECTOR IN NIGERIA 1 Otuonye A.I. and Udunwa I.A. BRINGING E-GOVERNANCE REFORMS IN AFRICA THROUGH THE CONTENT MANAGEMENT SYSTEM A. O. J. Adebowale (MNAPE, MNMGS) MINERAL PRODUCTION AND THE CHALLENGES OF VALUE ADDITION IN NIGERIA *1. Gaya, A. G., Adebitan, S. A. 2, Gurama, A. U. 2, Abdul, S. D. 3 and Fagam, A. S. 3 Usman, Joshua Dr. Green Iheanacho 1 Okereke, L.C., 2 Ohaeri Chibuikem, Sylvester and 3 Eluwa, Obinna.M. EFFECT OF INTER- AND INTRA-ROW SPACINGS ON THE SEVERITY OF PEARL MILLET (PENNISETUM GLAUCUM (L.) R. BR.) DOWNY MILDEW (SCLEROSPORA GRAMINICOLA (SACC.) SCHROET) IN KANO STATE, NIGERIA RESEARCH: MANPOWER PRODUCTIVITY AND PROMOTION OF TECHNOLOGICAL DISCOURSE IN INDIGENOUS LANGUAGE NATIONAL INTEGRATION AS A ROAD MAP TO EDUCATIONAL AND NATIONAL DEVELOPMENT AND INTERNATIONAL CO- OPERATION TAX IMPLICATIONS OF INVESTMENT OPTIONS AND DECISIONS vi

7 ISSN vii S/NO TABLE OF CONTENTS Page 1. PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE 2. A STUDY ON ENVIRONMENTAL HEALTH SUSTAINABLE TOURISM DEVELOPMENT AND HOSPITALITY IN NIGERIA: AN OVERVIEW 3. EDUCATION AND SUSTAINABLE RESEARCH IN THE 21 ST CENTURY, THE SKILL GAP CHALLENGE IN NIGERIA 4. MANAGERIAL EFFICIENCY AND ORGANIZATIONAL PRODUCTIVITY (A STUDY OF RIVOC PLC PORT HARCOURT, RIVERS STATE, NIGERIA) 5. OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY ISSUES IN MICRO AND SMALL SCALE CUSTOM GRAINS MILLERS IN TARABA STATE 6. THE ROLE OF COMMERCIAL BANK ON THE INDUSTRIAL SECTOR IN NIGERIA 7. BRINGING E-GOVERNANCE REFORMS IN AFRICA THROUGH THE CONTENT MANAGEMENT SYSTEM 8. MINERAL PRODUCTION AND THE CHALLENGES OF VALUE ADDITION IN NIGERIA 9. EFFECT OF INTER- AND INTRA-ROW SPACINGS ON THE SEVERITY OF PEARL MILLET (PENNISETUM GLAUCUM (L.) R. BR.) DOWNY MILDEW (SCLEROSPORA GRAMINICOLA (SACC.) SCHROET) IN KANO STATE, NIGERIA 10. RESEARCH: MANPOWER PRODUCTIVITY AND PROMOTION OF TECHNOLOGICAL DISCOURSE IN INDIGENOUS LANGUAGE. 11. NATIONAL INTEGRATION AS A ROAD MAP TO EDUCATIONAL AND NATIONAL DEVELOPMENT AND INTERNATIONAL CO-OPERATION TAX IMPLICATIONS OF INVESTMENT OPTIONS AND DECISIONS 141 vii

8 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 1 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 1 Ecole Nationale d Informatique, BP 1487, Université de Fianarantsoa, Fianarantsoa 301 Madagascar, RESUME L introduction de la Technologie de l Information et de la Communication (TIC) afin d améliorer le fonctionnement interne du gouvernement et celui de livraison de service aux citoyens est appelée l e-gouvernance. L e-gouvernance assure un contrôle administratif efficace et une meilleure diffusion de l information. Madagascar espère que l e-gouvernance permet de résoudre les nombreux problèmes relatifs à la gouvernance tels que le manque de ressources pour atteindre la masse rurale, l enclavement et l isolement de plusieurs villages, l esprit colonialiste de certains fonctionnaires dans les brousses, etc... L un des problèmes des petits exploitants agricoles majoritaires habitants dans le village concerne le marché rural. Il est parmi le plus pauvre de l économie malgache et représente le moins de progrès dans les efforts de modernisation. Les petits agriculteurs ont des problèmes concernant la vente de leurs produits agricoles. Ils sont handicapés par leur faible pouvoir de négociation dans l état actuel des choses où ils se présentent individuellement au marché rural face à des négociants ayant toutes les informations commerciales, l expérience et l expertise nécessaires en la matière. En outre, dans une économie libérale, il n existe aucun système d intervention pour soutenir les prix agricoles : ventes à bas prix au moment de la récolte mais rachats à des prix élevés au moment de la soudure, la plupart des producteurs étant déficitaires nets surtout en riz, la base alimentaire malgache. Les besoins en information fournis aux petits agriculteurs ne devront pas être restreints seulement aux aspects techniques sur l augmentation de la production, mais devront inclure des informations sur l intelligence économique. Un développement d un modèle conceptuel de l adoption de l e-commerce dans le marché géré par une organisation paysanne est proposé. Il est appelé le marché rural électronique ou l e-marché rural. Il est basé sur les activités commerciales sur l Internet. L e-marché rural permet aux villageois d utiliser les données de l intelligence économique (renseignements commerciaux) en améliorant leurs prises de décisions sur le moment opportun pour vendre leurs produits et sur la manière de sélectionner l agence qui va acheter leurs produits. L e-marché rural est un moyen peu couteux pour l organisation paysanne pour effectuer des activités commerciales et se concurrencer avec les commerçants et les collecteurs sur la manière de publier et diffuser des informations sur les produits agricoles dans le monde entier. L emarché rural est implémenté avec un investissement en infrastructure minimum: un ordinateur, un modem et un compte à l internet mais le paiement et la livraison de produits et services sont conduits online ou offline. Mots clés : TIC, e-gouvernance, intelligence économique, organisation paysanne, e- marché rural. 1

9 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 2 INTRODUCTION. L économie de Madagascar demeure largement agricole. La prédominance des emplois du secteur primaire comprenant l agriculture, l élevage, la pèche et la sylviculture se distingue d emblée. Après l ajustement structurel, les reformes économiques de Madagascar sont basées sur la décentralisation, le secteur privé, le développement rurale et la microfinance. Mais ces reformes servent principalement les intérêts des agriculteurs commerciaux minoritaires (grands et moyens exploitants agricoles) laissant les petits exploitants agricoles à des échecs : ils sont pauvres. Parmi les activités non agricoles, le commerce occupe une place importante notamment chez les femmes. L objectif de notre travail consiste à améliorer le commerce agricole rural de la majorité des malgaches ruraux dont les activités principales sont l agriculture et le commerce. Avant d agir en faveur des petits exploitants agricoles, il est indispensable de caractériser leur situation sur la vente de leurs produits agricoles : (1) la dépendance obligée d un circuit commercial limité, (2) l absence de la maîtrise du prix dû à l insuffisance des informations relatives aux prix des produits agricoles, et (3) l accès difficile au financement des établissements de crédit d où le recours aux usuriers locaux (dont le niveau de coût est élevé dans certains cas) face aux problèmes sociaux tels qu une mauvaise récolte, une maladie, un décès, etc. Une approche innovatrice utilisant les TICs devra être appliquée pour pallier à ces obstacles. Un modèle conceptuel appelé e-marché rural est proposé. L emarché rurale est composés de 7 éléments : (1) l organisation paysanne, (2) l entreprenariat, (3) l entreprenariat, (4) l Etat, (5) le secteur privé, (6) la technologie, et (7) le marketing. Ces 7 éléments interagissent entre eux. Les missions de ces éléments sont les suivantes : (1) L organisation paysanne a pour mission d accomplir un développement socio-économique dans le village. L utilisation de l internet, avec l emarché rural augmente l efficacité de l organisation paysanne existante en accélérant le développement rural. (2) L entrepreunariat contribue au développement économique dans les villages en favorisant la promotion de la formation d un capital, la création de l emploi, la mobilisation efficace du capital et des compétences et l induction des biens en amont et en aval pour stimuler le processus de développement économique. Le déploiement de l Internet n est plus confiné dans les sociétés commerciales dans les villes, mais il pénètre aussi graduellement dans le milieu rural. 2

10 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 3 (3) La promotion de l interpreunariat implique le développement des villageois avec une vision menant à sa réalisation, et la capacité des villageois à prendre des risques. Sous l interpreunariat, chaque agriculteur est un «actionnaire» de l e-marché rural. (4) L Etat encourage et facilite la pratique de l Internet dans le milieu rural en favorisant sa disponibilité dans l infrastructure de kiosque de l Internet dans les villages : l installation hardware et le développement de logiciel du kiosque. (5) Le secteur privé composé des ONGs et des operateurs économiques contribue financièrement avec l Etat pour la réalisation de l e-marche rural tel que l achat des matériels et de logiciels d application de l emarche rural ainsi que le coût de la communication par Internet durant l utilisation du kiosque. (6) La technologie de l e-marché rural est le résultat de la coopération de plusieurs experts techniques afin de fournir aux villageois un sens d appartenance et de confiance à l utilisation de l Internet. Celle-ci est basée sur le processus d ingénierie de langage incluant l'adoption du logiciel de l intelligence économique des produits au langage et à la culture locaux tels que la traduction en langage local de l interface Web, la modification des sons et des images pour être conforme aux conventions locales, etc. Dans le marché moderne avec l e-commerce, le client initie la demande du produit. L information sur la demande tient compte des marchés et des besoins du consommateur. (7) Le marketing sur l e-marché rural permet aux agriculteurs de planifier le moment opportun de vendre leurs produits à un meilleur prix. Dans le marché traditionnel, le produit est poussé vers la main du client. Le succès de l e-marché rurale dépend d une perspective balancé entre le consommateur, l organisateur et les aspects evironnants sur l adoption de l e-commerce CARACTERISTIQUES DES PAYSANS DANS LE MILIEU RURAL La population de Madagascar est estimé en 2010 dans la fourchette des 16,6 millions à 20,8 millions d individus, dont 20% en milieu urbain et 80% en milieu rural. La taille moyenne des ménages ruraux comptes 4,9 individus. L insertion des enfants dans le marché de travail est très précoce (5 ans et plus) dans le domaine de l agriculture en milieu rural. A Madagascar, le niveau d insertion dans le marché de travail en milieu rural a un taux de 64,6%. La structure des 3

11 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 4 emplois dans le milieu rural est composée principalement de l agriculture et du secteur primaire. Ils représentent environ 80% de l ensemble des emplois créés tant masculins que féminins. Parmi les activités non agricoles, le commerce occupe une place importante notamment chez les femmes. Il représente environ 4% des emplois créés (Tableau 1) Deux tiers des ménages Malgaches sont dirigés par des agriculteurs dons une grande majorité par de petits exploitants agricoles tandis que 13% des ménages exerçent des activités indépendantes. Les petits exploitants agricoles (possédant une superficie économique de moins de 1,5 ha) constituent une majorité de 70% des ménages agricoles. Le mode culturel pratiqué au niveau des 88%de ménages agricoles, restent majoritairement la polyculture. Les cultures les plus pratiquées sont celles du paddy ou riz, de quelques produits de substitution du riz notamment le manioc, le maïs, la patate et enfin quelques autres produits comme le haricot et la brède. Le riz est la principale culture vivrière et constitue l aliment de base des malgaches. Il détient la première place dans les activités agricoles en occupant environ 70% de la population agricole. Le riz couvre ha soit plus de la moitié de la surface cultivée totale. Les paysans ont une longue expérience en matière de riziculture, et la pratiquent dans toute l île dans des environnements très diversifiés excepté le Sud profond où la pluviométrie est un facteur limitant avec seulement 400 mm de pluies. Le manioc est la deuxième culture vivrière à Madagascar. En période de soudure, il constitue un aliment de substituion du riz dans les ménages ruraux, d où son rôle important dans la sécurité alimentaire. Il est cultivé à la fois pour les tubercules consommés frais ou secs, et pour ses feuilles consommées comme légumes verts. La culture du manioc est pratiqué dans tout l île sous des conditions agroclimatiques diverses et occupe une superficie de ha. Culture de subsistance, en général, le manioc est une culture de rente dans les zones à faible pluviométrie où la culture des autres plantes vivrières est difficile. Le maïs constitue la troisième céréale agricole après le riz. L importance locale du maïs est marquée par ses diverses utilisations : complément d aliment de soudure, source de revenus pour les besoins urgents des agriculteurs (vente des épis verts bouillis ou grillés ou préparés sous forme de pâtes enveloppés, alimentation de bétails et des volailles, matière première de l industrie de la bière et de la fabrication de la farine infantile) La culture des patates douces tient la quatrième place après le riz. Elle peut substituer le riz en période de soudure, et peut être cultivée à moindre coût car 4

12 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 5 elle est moins exigeante en intrants chimiques. L apport d une quantité suffisante de fumier de ferme ou des compostes est nécessaire. Elle peut être plantée à différents altitudes, basse, moyenne et haute et sur différents types de sols : ferralitiques, volcaniques, alluvionnaires. Elle est utilisée pour la consommation humaine. Certains producteurs l utilisent en complément de fourrages. Tableau 1 : Structure des emplois par branche d activité, selon le milieu de résidence. Branche d activité Urbain Rural Ensemble Agriculture / Primaire Industrie alimentaire Textile 54,7 0,8 2,9 86,5 0,2 0,7 80,5 BTP/HIMO 2,8 0,8 1,2 Autres industries 3,2 1,7 2,0 Commerce 17,7 4,3 6,9 Transport 2,7 0,6 1,0 Santé privée 0,5 0,1 0,2 Enseignement privé 1,0 0,3 0,5 Administrations publiques Autres privés services 0,3 1,1 5,6 1,7 2,4 8,2 3,2 4,1 TOTAL 100,0 100,0 100,0 Source : INSTAT/DSM/EPM 2010 La pratique de l agriculture procure en moyenne un revenu (les recettes issues des ventes et l équivalent monétaire de l autoconsommation) d environ 455 USS par an et par ménage agricole au cours de l année Les ventes de produits agricoles contribuent au revenu moyen de 195,5 US$ par an et par ménage agricole. Le montant moyen de l équivalent monétaire de l autoconsommation est de 259,5 US$ par an et par ménage agricole. Les petits exploitants agricoles sont pauvres et vivent au dessous du seuil de pauvreté La connaissance du degré d instruction de la population agricole est importante dans la mesure où elle permet de mieux formuler les innovations techniques telles que l internet et l affichage des activités commerciales sur l interface web que l on voulait transmettre dans le milieu rural en utilisant un marché rural électronique. 5

13 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 6 Les petits exploitants agricoles peuvent s approprier des TICs (Technologie de l Information et de la Communication) car le taux d alphabétisation des individus âgés de 15 ans et plus dans le milieu rural en 2010 est de 67,8% Remarque : Un individu est classé alphabétisé, s il sait lire, écrire et faire un petit calcul ou s il fréquente l école au moment de l enquête et atteint au moins la troisième année de l école primaire. Les caractères sociodémographiques de la population agricole s avèrent indispensable dans la mesure où la population est à la fois actrice et finalité du développement économique en général, et de la commercialisation agricole en particulier. Une des caractéristiques communes des petits exploitants agricoles est le manque d accès aux marchés des produits agricoles et le manque d influence sur les prix contribuant à réduire leurs revenus agricoles. Les causes sont les suivantes : - la concurrence entre les entités formelles et informelles - la concurrence avec les partenaires (moyens et grands exploitants agricoles) disposant des techniques et technologies adéquates, de moyens financiers et d une plus grande liberté dans leur action et prises de décision - l insuffisance d informations relatives aux services agricoles (législation, réseaux de commercialisation, strategie des prix, etc...) E-MARCHE RURAL Traditionnellement, les produits agricoles sont procurés dans les centres des marchés agricoles dans les milieux ruraux. Avec l e-marché rural, un accès à l Internet permet aux petits exploitants agricoles de négocier directement la vente de leurs produits en ligne. En plus, l accès à l Internet de ces centres de marchés ruraux permet aux petits exploitants agricoles de trouver des informations sur les prix des produits dans les autres centres des marchés ruraux,de commandes des intrants en agriculture comme les semences, les engrais et les pesticides et de fournir une connaissance approfondie sur les activités commerciales afin d améliorer sa compétitivité sur le marché global. Les villages sont connectés par des kiosques d internet possédant les infrastructures suivantes : les téléphones portables, les ordinateurs et les appareils radio duplex VHF. L e-marché rural consiste à gérer la chaîne d approvisionnement en mettant sous forme d une «chaîne» les producteurs les intermédiaires (fournisseurs), et les consommateurs afin de créer une organisation «virtuelle» sur l écoulement 6

14 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 7 automatique des informations commerciales d un département à un autre émettant en commun les compétences et les ressources. L e-marché rural peut être décomposé en 7 éléments qui interagissent entre eux. Ce sont ; (1) l organisation paysanne, (2) l entrepreunariat, (3) l interpreunariat, (4) l Etat, (5) le secteur privé, (6) la technologie et (7) le marketing (figure 1) D une manière générale, la commercialisation n est pas seulement la vente des produits agricoles, mais aussi elle englobe la totalité des activités et des opérations qui impliquent le passage de la marchandise du stade de la production à celui de la consommation. La figure 2 montre la place de l e-marché rural dans le circuit de la commercialisation et de la distribution des produits agricoles. Producteurs (paysans) (1) Organisation paysanne (2) Entrepreunariat (7) (3) Marketing E-Marché rural Interpreunariat (6) (4) Technologie (5) Secteur privé Etat Intermédiaires (Fournisseurs) Consommateurs (clients) Figure 1 : Modèle d un e-marche rural. 7

15 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 8 Organisation paysanne L objectif est d intégrer les pauvres, les jeunes et les femmes dans le milieu rural au développement d une propriété communautaire en utilisant des outils technologiques (par exemple l internet) au lieu d une propriété personnelle et familiale en encourageant une action collective pour déployer la technologie. Les Technologies de l Informatique et de la Communication (TICs) jouent un grand rôle dans un développement rural durable, non seulement en atteignant les pauvres dans les villages reculés mais aussi en les aidant à assurer la sécurité alimentaire et la justice sociale. Les avantages des femmes ont un effet positif car quand les femmes obtiennent de bénéfices, la famille tout entière est bénéficiaire.les avantages des jeunes concernent leur curiosité à appliquer de nouvelles technologies telles que le téléphone portable et l Internet. Une action collective donne naissance à l organisation paysanne comme un moyen pour assurer un développement socio-économique. L organisation paysanne introduit dans leur de développement rapide en infrastructure. Cela va augmenter les opportunités de l employabilité locale entrainant une amélioration de la qualité de vie des individus. L organisation paysanne est divisée en deux parties : (1) le Service Agricole de Proximité (SAP) et (2) l Organisation Paysanne de Base (OPB), figure 3 Service Agricole de Proximité (SAP) Le SAP sert d intermédiaire ou d interface entre le paysan et les structures étatiques ou privées de développement agricole rural ou d appui aux villageois. Le SAP est sous l égide du Ministère de L Agriculture. Son objectif consiste à créer une organisation paysanne sur une base solide. En premier lieu, cela consiste au remplissage d un formulaire de demande d appui individuel fourni par le SAP. En deuxième lieu, quand le formulaire est rempli, il sera retourné au SAP. Ce dernier traite les formulaires retournés et classifie de telle manière à grouper les paysans ayant les mêmes intérêts et les mêmes activités. Ce groupe forme l organisation paysanne de base (en semence, en amélioration de la culture etc...par exemple). En troisième lieu, le SAP aide cette organisation paysanne de base (OPB) en semences, à formuler un projet sur la production de la semence par exemple. En quatrième lieu, quand le projet est approuvé et validé (descente sur terrain) par le SAP, ce dernier cherche un organisme de financement pour appuyer financièrement le projet. En cinquième lieu, après un appel d offre, un prestataire de service est choisi par le SAP pour réaliser concrètement l accomplissement du projet (figure 4) 8

16 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 9 PRODUCTEURS (Petits exploitants agricoles) e-marche rural Consommateurs ruraux Marché villageois / Vente le long de la route Collecteurs / représentants commerciaux Intermédiaires Fournisseurs d équipements informatiques Pré-conditionnement villageois Commerçants / Transporteurs Fournisseurs d accès au réseau Marchés de gros / Grossistes Fournisseurs de paiement / transaction Intermédiaires financiers Marché de détails / Détaillants / Vendeurs de la rue/ Marchands ambulants/ Supermarchés / Libre services Concepteurs et fournisseurs du serveur web Fournisseurs de répertoire d informations Service d évaluation des informations CONSOMMATEURS (Clients) Famille, Transformateurs de produits agricoles, Exportateurs. Figure 2 : Commercialisation et distribution des produits des produits agricoles en tenant compte de l e-marche rural. 9

17 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 10 Organisation paysanne Organisation Paysanne de Base (OPB) Service Agricole de Proximité (SAP) Figure 3 : Structure de l organisation paysanne Réalisation de l ouvrage et contrôle Structuration des paysans Prestation de service Contrat technique et financement du projet Etat de lieu du village Paysan Vision / plan Recherche de financement du projet Communication ONG financier Traitement et validation de la demande d appui en projet Demande d appui Service Agricole de Proximité (SAP) Figure 4 : Cycle de vie du Service Agricole de Proximité (SAP) 10

18 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 11 Organisation Paysanne de Base (OPB) On constate une cohésion plus accentuée entre les membres de l OPB au niveau des communes si le démarrage se repose sur des bases solides du SAP au niveau de la commune. Les activités du SAP consistent à aider les paysans à créer une organisation paysanne de base solide. Elles sont présentées dans lé tableau 2. Tableau 2 : Activités du SAP pour la création de l organisation paysanne Etapes Approches 1 Approche de proximité et de structuration 2 Approche participative et diagnostique 3 Approche sensibilisation 4 Approche collecte des données 5 Approche progressive Rôle de l entreprenariat. Applicabilité à petits exploitants agricoles Structure de dialogue avec les paysans : échange, mobilisation, information : Mise en place de l Assemblée Générale Paysanne Exposés par les techniciens des coopératives et du secteur agricole et du secteur commercial. Sélection de 5 représentations des paysans Etat de lieu du village : Forces, faiblesses et opportunités du village Choix des filières porteuses de revenus dans le village stratégies de service Plan de communication : Sensibilisation par radio diffusion Exposition : information, communication, descente sur terrain. Partage et explication sur le remplissage d une demande d appui sous forme de formulaire par le paysan intéressé au programme du SAP. Retour au SAP de la demande dûment rempli. Inventaire et traitement Classification et groupement de la demande selon le type d activité, la filière choisie, la localité du demandeur d appui (le paysan), et la nature de l appui demandé (formation, financement, intrants, materiel etc,...). Création de l organisation paysanne de base 11

19 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 12 Plusieurs pays en voie de développement sont incapables de créer et maintenir un environnement favorable nécessaire pour favoriser le développement de l entreprenariat. L entrepreunariat contribue positivement au processus du développement économique tel que la formation du capital, la création des emplois, la mobilisation efficace du capital et des compétences, et l induction des liens en amont et en aval dans un projet. Les TICs sont utilisées comme une source potentielle pour la création des emplois dans toutes activités en milieu urbain qu en milieu rural. Les TICs doivent être déployés graduellement en milieu rural alors qu elles sont bien utilisées dans le milieu urbain. Plusieurs obstacles retardent l utilisation de la masse rurale de l Internet. Une infrastructure défaillante pas de moyens de transport, pas de connexion à l internet, pas d électricité, la résistance au changement le bas niveau d instruction et le dialecte (langage local) des petits agriculteurs. En plus ces derniers ne sont pas formés avec l utilisation des TICs. Ces obstacles peuvent être surmontés par l entrepreunariat et le Partenariat Public Privé (PPP). Le support de l entrepreunariat fournit un nouveau modèle pour réduire la pauvreté dans le milieu rural et assurer le développement économique. L entrepreunariat devra être le devant des activités pour combler la division numérique entre le milieu urbain et le milieu rural ainsi que l aide au développement dans le milieu rural. Le mode de fonctionnement du projet de l emarché rural devra commencer sur une initiative de Partenariat Public Privé (PPP). Le gouvernement local composé du district, de la commune et des villages (Public) et l organisation paysanne de base (Privé) sélectionne d abord l entrepreneur local qui va installer et faire fonctionner le kiosque de l Internet communal hébergeant l e marché rural. La première phrase de l activité de l entrepreneur consiste à traiter l e-alphabétisation à 100% dans la commune. La deuxième phase consiste à donner une formation en Informatique pendant une durée de 30 heures aux apprenants qui sont ambitieux et qui ont participé à formation de la première phase. La formation consiste à fournir une connaissance relative à l exploitation entière de base de l ordinateur. La formation est sanctionnée par un certificat à ceux qui ont terminé avec succès. Le certificat est reconnu dans le district. La troisième phase consiste à une formation de 10 heures sur le logiciel de l Internet telle que : l utilisation de l , le «chat», la navigation sur l internet et les autres éléments de l Internet. Après la formation à l Internet, un compte gratuit est offert à chaque apprenant. 12

20 PROJET DE MISE EN PLACE D UN E-MARCHE RURAL POUR ASSURER L E-GOUVERNANCE DANS UNE ORGANISATION PAYSANNE Jocelyn Laurore Rabearijaona, Ph.D 1 13 Entrepreneur privé. Tous les jeunes chômeurs éduqués ayant terminé la classe terminale de l enseignement secondaire, ayant une connaissance de base en informatique et une compétence entrepreneurialle minimum telle que les capacités à prendre un certain risque, à gérer le kiosque d Internet au niveau de la commune et ayant le minimum de zèle pour servir les petits exploitants agricoles sont éligibles de devenir des entrepreneurs pour faire fonctionner le kiosque. La sélection finale est basée sur les interviews de base et l opinion des représentants du district, de la commune et de villages ainsi que de l organisation paysanne. L entrepreneur sélectionné devra fournir un investissement initial de l achat d un terrain de 100 m² pour abriter le kiosque, et cinq ordinateurs utilisés dans le kiosque. Afin de promouvoir l entrepreunariat, l Etat assiste financièrement l entrepreneur éligible et qui n arrive pas à recevoir un emprunt dans une banque. L entrepreneur sélectionné reçoit une formation de 2 ou 3 jours sous forme des séminaires et travaux pratiques en gestion d un kiosque d Internet. Des experts en Informatiques forment cet entreprenneur. Ce dernier recouvre son investissement à partir du programme de l e-alphabétisation et les autres services variés offerts par le kiosque d Internet. Implication financier des petits agriculteurs dans le projet Chaque paysan s intéressant à le e-alphabétisation devra payer le tiers du coût de la formation totale, la moitié est supportée par le district, les deux 1 /12 restants sont supportés respectivement par la commune et les villages. La formation est gratuite pour les apprenants membres de l organisation paysanne. La deuxième phase de la formation en exploitation de base de l ordinateur, est payée par le participant. Le coût de la dernière phase de sur la formation sur l Internet est reparti comme les suivants : les 2/3 sont supportés par l Etat et le 1/3 est supporté par l apprenant. Remarque : Les femmes doivent être incluses dans le contexte de la participation, la création du contenu (exemple vente artisanale de la vannerie, tissage, broderie, etc,...) et l évaluation des informations nécessaires incorporée dans l e-marché rural. Cela permet d augmenter la participation féminine dans la gestion et l utilisation de l e-marché rurale bien que les femmes rurales, pour la plupart, ne sont pas activement impliquées dans l acquisition d un rang social. 13

AgroMarketDay. Research Application Summary pp: 371-375. Abstract

AgroMarketDay. Research Application Summary pp: 371-375. Abstract Fourth RUFORUM Biennial Regional Conference 21-25 July 2014, Maputo, Mozambique 371 Research Application Summary pp: 371-375 AgroMarketDay Katusiime, L. 1 & Omiat, I. 1 1 Kampala, Uganda Corresponding

More information

BILL C-665 PROJET DE LOI C-665 C-665 C-665 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

BILL C-665 PROJET DE LOI C-665 C-665 C-665 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA C-665 C-665 Second Session, Forty-first Parliament, Deuxième session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C-665 PROJET DE LOI C-665 An Act to

More information

Audit de sécurité avec Backtrack 5

Audit de sécurité avec Backtrack 5 Audit de sécurité avec Backtrack 5 DUMITRESCU Andrei EL RAOUSTI Habib Université de Versailles Saint-Quentin-En-Yvelines 24-05-2012 UVSQ - Audit de sécurité avec Backtrack 5 DUMITRESCU Andrei EL RAOUSTI

More information

Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2010 AUDIT OF COMPRESSED WORK WEEK AGREEMENTS 2012 SUIVI DE LA

Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2010 AUDIT OF COMPRESSED WORK WEEK AGREEMENTS 2012 SUIVI DE LA Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2010 AUDIT OF COMPRESSED WORK WEEK AGREEMENTS 2012 SUIVI DE LA VÉRIFICATION DES ENTENTES DE SEMAINE DE TRAVAIL COMPRIMÉE

More information

General Certificate of Education Advanced Level Examination June 2012

General Certificate of Education Advanced Level Examination June 2012 General Certificate of Education Advanced Level Examination June 2012 French Unit 4 Speaking Test Candidate s Material To be conducted by the teacher examiner between 7 March and 15 May 2012 (FRE4T) To

More information

Guidance on Extended Producer Responsibility (EPR) Analysis of EPR schemes in the EU and development of guiding principles for their functioning

Guidance on Extended Producer Responsibility (EPR) Analysis of EPR schemes in the EU and development of guiding principles for their functioning (EPR) Analysis of in the EU and development of guiding principles for their functioning In association with: ACR+ SITA LUNCH DEBATE 25 September 2014 Content 1. Objectives and 2. General overview of in

More information

«Object-Oriented Multi-Methods in Cecil» Craig Chambers (Cours IFT6310, H08)

«Object-Oriented Multi-Methods in Cecil» Craig Chambers (Cours IFT6310, H08) «Object-Oriented Multi-Methods in Cecil» Craig Chambers (Cours IFT6310, H08) Mathieu Lemoine 2008/02/25 Craig Chambers : Professeur à l Université de Washington au département de Computer Science and Engineering,

More information

MASTER A DISTANCE «CLE/ CLS EN MILIEU SCOLAIRE»

MASTER A DISTANCE «CLE/ CLS EN MILIEU SCOLAIRE» Université d Artois U.F.R. de Langues Etrangères MASTER A DISTANCE Master Arts, Lettres et Langues Spécialité «CLE/ CLS en milieu scolaire» Voie Professionnelle ou Voie Recherche University of Artois Faculty

More information

Millier Dickinson Blais

Millier Dickinson Blais Research Report Millier Dickinson Blais 2007-2008 National Survey of the Profession September 14, 2008 Contents 1 Introduction & Methodology... 3 2 National Results... 5 3 Regional Results... 6 3.1 British

More information

COLLABORATIVE LCA. Rachel Arnould and Thomas Albisser. Hop-Cube, France

COLLABORATIVE LCA. Rachel Arnould and Thomas Albisser. Hop-Cube, France COLLABORATIVE LCA Rachel Arnould and Thomas Albisser Hop-Cube, France Abstract Ecolabels, standards, environmental labeling: product category rules supporting the desire for transparency on products environmental

More information

The SIST-GIRE Plate-form, an example of link between research and communication for the development

The SIST-GIRE Plate-form, an example of link between research and communication for the development 1 The SIST-GIRE Plate-form, an example of link between research and communication for the development Patrick BISSON 1, MAHAMAT 5 Abou AMANI 2, Robert DESSOUASSI 3, Christophe LE PAGE 4, Brahim 1. UMR

More information

Introduction au BIM. ESEB 38170 Seyssinet-Pariset Economie de la construction email : contact@eseb.fr

Introduction au BIM. ESEB 38170 Seyssinet-Pariset Economie de la construction email : contact@eseb.fr Quel est l objectif? 1 La France n est pas le seul pays impliqué 2 Une démarche obligatoire 3 Une organisation plus efficace 4 Le contexte 5 Risque d erreur INTERVENANTS : - Architecte - Économiste - Contrôleur

More information

2 RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L ASSURÉ SI CELUI-CI N EST PAS LE REQUÉRANT INFORMATION CONCERNING THE INSURED PERSON IF OTHER THAN THE APPLICANT

2 RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L ASSURÉ SI CELUI-CI N EST PAS LE REQUÉRANT INFORMATION CONCERNING THE INSURED PERSON IF OTHER THAN THE APPLICANT SÉCURITÉ SOCIALE SOCIAL SECURITY ACCORD DU 9 FÉVRIER 1979 ENTRE LA FRANCE ET LE CANADA AGREEMENT OF FEBRUARY 9, 1979 BETWEEN FRANCE AND CANADA Formulaire FORM SE 401-06 INSTRUCTION D UNE DEMANDE DE PENSION

More information

Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2007 AUDIT OF THE DISPOSAL OF PAVEMENT LINE MARKER EQUIPMENT 2009

Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2007 AUDIT OF THE DISPOSAL OF PAVEMENT LINE MARKER EQUIPMENT 2009 Office of the Auditor General / Bureau du vérificateur général FOLLOW-UP TO THE 2007 AUDIT OF THE DISPOSAL OF PAVEMENT LINE MARKER EQUIPMENT 2009 SUIVI DE LA VÉRIFICATION DE L ALIÉNATION D UNE TRACEUSE

More information

Another way to look at the Project Une autre manière de regarder le projet. Montpellier 23 juin - 4 juillet 2008 Gourlot J.-P.

Another way to look at the Project Une autre manière de regarder le projet. Montpellier 23 juin - 4 juillet 2008 Gourlot J.-P. Another way to look at the Project Une autre manière de regarder le projet Montpellier 23 juin - 4 juillet 2008 Gourlot J.-P. Plan of presentation Plan de présentation Introduction Components C, D The

More information

Introduction. GEAL Bibliothèque Java pour écrire des algorithmes évolutionnaires. Objectifs. Simplicité Evolution et coévolution Parallélisme

Introduction. GEAL Bibliothèque Java pour écrire des algorithmes évolutionnaires. Objectifs. Simplicité Evolution et coévolution Parallélisme GEAL 1.2 Generic Evolutionary Algorithm Library http://dpt-info.u-strasbg.fr/~blansche/fr/geal.html 1 /38 Introduction GEAL Bibliothèque Java pour écrire des algorithmes évolutionnaires Objectifs Généricité

More information

Qu est-ce que le Cloud? Quels sont ses points forts? Pourquoi l'adopter? Hugues De Pra Data Center Lead Cisco Belgium & Luxemburg

Qu est-ce que le Cloud? Quels sont ses points forts? Pourquoi l'adopter? Hugues De Pra Data Center Lead Cisco Belgium & Luxemburg Qu est-ce que le Cloud? Quels sont ses points forts? Pourquoi l'adopter? Hugues De Pra Data Center Lead Cisco Belgium & Luxemburg Agenda Le Business Case pour le Cloud Computing Qu est ce que le Cloud

More information

Introduction Intelligent Energy

Introduction Intelligent Energy Introduction Intelligent Energy Henri Winand Chief Executive 19 Décembre 2011 2011 Intelligent Energy Limited The information in this document is the property of Intelligent Energy Limited and may not

More information

Sun Management Center Change Manager 1.0.1 Release Notes

Sun Management Center Change Manager 1.0.1 Release Notes Sun Management Center Change Manager 1.0.1 Release Notes Sun Microsystems, Inc. 4150 Network Circle Santa Clara, CA 95054 U.S.A. Part No: 817 0891 10 May 2003 Copyright 2003 Sun Microsystems, Inc. 4150

More information

NUNAVUT HOUSING CORPORATION - BOARD MEMBER RECRUITMENT

NUNAVUT HOUSING CORPORATION - BOARD MEMBER RECRUITMENT NUNAVUT HOUSING CORPORATION - BOARD MEMBER RECRUITMENT The is seeking Northern Residents interested in being on our Board of Directors We are seeking individuals with vision, passion, and leadership skills

More information

Note concernant votre accord de souscription au service «Trusted Certificate Service» (TCS)

Note concernant votre accord de souscription au service «Trusted Certificate Service» (TCS) Note concernant votre accord de souscription au service «Trusted Certificate Service» (TCS) Veuillez vérifier les éléments suivants avant de nous soumettre votre accord : 1. Vous avez bien lu et paraphé

More information

Microfinance and the growth of small-scale agribusinesses in Malawi

Microfinance and the growth of small-scale agribusinesses in Malawi Research Application Summary Microfinance and the growth of small-scale agribusinesses in Malawi Dzanja, J.K. University of Malawi, Bunda College of Agriculture Corresponding author: joseph_dzanja@yahoo.co.uk

More information

direction participative / gestion participative / gestion participative par objectifs / «management» participatif

direction participative / gestion participative / gestion participative par objectifs / «management» participatif DÉFINITIONS TITRE CHAPITRE DU MANAGEMENT EN FRANÇAIS Titre Management chapitre en definitions anglais conduite / direction / gestion / management / organisation management Management is the process of

More information

Sun StorEdge A5000 Installation Guide

Sun StorEdge A5000 Installation Guide Sun StorEdge A5000 Installation Guide for Windows NT Server 4.0 Sun Microsystems, Inc. 901 San Antonio Road Palo Alto, CA 94303-4900 USA 650 960-1300 Fax 650 969-9131 Part No. 805-7273-11 October 1998,

More information

RELATIONS INTERNATIONALES

RELATIONS INTERNATIONALES RELATIONS INTERNATIONALES Economist Création with a MBA in Business Strategy Mission from the Getulio Vargas. Has titles Faits of et Master chiffres of Financial Economics, University of London and International

More information

SIXTH FRAMEWORK PROGRAMME PRIORITY [6

SIXTH FRAMEWORK PROGRAMME PRIORITY [6 Key technology : Confidence E. Fournier J.M. Crepel - Validation and certification - QA procedure, - standardisation - Correlation with physical tests - Uncertainty, robustness - How to eliminate a gateway

More information

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

DIRECTIVE ON ACCOUNTABILITY IN CONTRACT MANAGEMENT FOR PUBLIC BODIES. An Act respecting contracting by public bodies (chapter C-65.1, a.

DIRECTIVE ON ACCOUNTABILITY IN CONTRACT MANAGEMENT FOR PUBLIC BODIES. An Act respecting contracting by public bodies (chapter C-65.1, a. DIRECTIVE ON ACCOUNTABILITY IN CONTRACT MANAGEMENT FOR PUBLIC BODIES An Act respecting contracting by public bodies (chapter C-65.1, a. 26) SUBJECT 1. The purpose of this directive is to establish the

More information

Setting up a monitoring and remote control tool

Setting up a monitoring and remote control tool Setting up a monitoring and remote control tool Oral examination for internship - Second year of Master in Computer Sciences Kevin TAOCHY Department of Mathematics and Computer Sciences University of Reunion

More information

Machine de Soufflage defibre

Machine de Soufflage defibre Machine de Soufflage CABLE-JET Tube: 25 à 63 mm Câble Fibre Optique: 6 à 32 mm Description générale: La machine de soufflage parfois connu sous le nom de «câble jet», comprend une chambre d air pressurisé

More information

Sun Management Center 3.6 Version 5 Add-On Software Release Notes

Sun Management Center 3.6 Version 5 Add-On Software Release Notes Sun Management Center 3.6 Version 5 Add-On Software Release Notes For Sun Fire, Sun Blade, Netra, and Sun Ultra Systems Sun Microsystems, Inc. www.sun.com Part No. 819-7977-10 October 2006, Revision A

More information

SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2016 APPLICATION FORM

SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2016 APPLICATION FORM SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2016 APPLICATION FORM APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE Applications close 4 November 2015/ Date de clôture de l appel à candidatures 4 e novembre

More information

Introduction to Oracle Solaris 11.1 Virtualization Environments

Introduction to Oracle Solaris 11.1 Virtualization Environments Introduction to Oracle Solaris 11.1 Virtualization Environments Part No: E29023 01 October 2012 Copyright 2012, Oracle and/or its affiliates. All rights reserved. This software and related documentation

More information

527796-LLP-1-2012-1-ES-LEONARDO-LMP. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=9975

527796-LLP-1-2012-1-ES-LEONARDO-LMP. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=9975 innovative methodology 527796-LLP-1-2012-1-ES-LEONARDO-LMP 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2012 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Learn Play Manage. Collaborative Learning

More information

N1 Grid Service Provisioning System 5.0 User s Guide for the Linux Plug-In

N1 Grid Service Provisioning System 5.0 User s Guide for the Linux Plug-In N1 Grid Service Provisioning System 5.0 User s Guide for the Linux Plug-In Sun Microsystems, Inc. 4150 Network Circle Santa Clara, CA 95054 U.S.A. Part No: 819 0735 December 2004 Copyright 2004 Sun Microsystems,

More information

ACP-EU Cooperation Programme in Science and Technology (S&T II) / Programme de Coopération ACP-UE pour la Science et la Technologie

ACP-EU Cooperation Programme in Science and Technology (S&T II) / Programme de Coopération ACP-UE pour la Science et la Technologie ACP Science and Technologie Programme Programme Management Unit ACP-EU Cooperation Programme in Science and Technology (S&T II) / Programme de Coopération ACP-UE pour la Science et la Technologie EuropeAid/133437/D/ACT/ACPTPS

More information

Vincent Rullier Technology specialist Microsoft Suisse Romande

Vincent Rullier Technology specialist Microsoft Suisse Romande Vincent Rullier Technology specialist Microsoft Suisse Romande Pourquoi virtualiser Différents types de virtualisation Présentation Applications Postes de travail Serveurs Bénéfices Conclusion Q&A Technology

More information

Holinger AG / Holinger Group Facts and Figures 2011. Holinger SA / Groupe Holinger Faits et chiffres 2011

Holinger AG / Holinger Group Facts and Figures 2011. Holinger SA / Groupe Holinger Faits et chiffres 2011 / Facts and Figures 211 / Groupe Holinger Faits et chiffres 211 A B C D E F G Progress of shareholders equity and share value Evolution des fonds propres et de la valeur de l action Financial statement

More information

RÉPONSE DE ÉNERGIE LA LIÈVRE S.E.C. ET D ÉNERGIE BROOKFIELD MARKETING INC. À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENT N o 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE («RÉGIE»)

RÉPONSE DE ÉNERGIE LA LIÈVRE S.E.C. ET D ÉNERGIE BROOKFIELD MARKETING INC. À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENT N o 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE («RÉGIE») RÉGIE DE L ÉNERGIE DOSSIER : R-3625-2007 RÉPONSE DE ÉNERGIE LA LIÈVRE S.E.C. ET D ÉNERGIE BROOKFIELD MARKETING INC. À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENT N o 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE («RÉGIE») Page 2 de 7 Question

More information

REQUEST FORM FORMULAIRE DE REQUÊTE

REQUEST FORM FORMULAIRE DE REQUÊTE REQUEST FORM FORMULAIRE DE REQUÊTE ON THE BASIS OF THIS REQUEST FORM, AND PROVIDED THE INTERVENTION IS ELIGIBLE, THE PROJECT MANAGEMENT UNIT WILL DISCUSS WITH YOU THE DRAFTING OF THE TERMS OF REFERENCES

More information

Sun StorEdge RAID Manager 6.2.21 Release Notes

Sun StorEdge RAID Manager 6.2.21 Release Notes Sun StorEdge RAID Manager 6.2.21 Release Notes formicrosoftwindowsnt Sun Microsystems, Inc. 901 San Antonio Road Palo Alto, CA 94303-4900 USA 650 960-1300 Fax 650 969-9131 Part No. 805-6890-11 November

More information

Sun Enterprise Optional Power Sequencer Installation Guide

Sun Enterprise Optional Power Sequencer Installation Guide Sun Enterprise Optional Power Sequencer Installation Guide For the Sun Enterprise 6500/5500 System Cabinet and the Sun Enterprise 68-inch Expansion Cabinet Sun Microsystems, Inc. 901 San Antonio Road Palo

More information

Administrer les solutions Citrix XenApp et XenDesktop 7.6 CXD-203

Administrer les solutions Citrix XenApp et XenDesktop 7.6 CXD-203 Administrer les solutions Citrix XenApp XenDesktop 7.6 CXD-203 MIEL Centre Agréé : N 11 91 03 54 591 Pour contacter le service formation : 01 60 19 16 27 Pour consulter le planning des formations : www.miel.fr/formation

More information

Sun TM SNMP Management Agent Release Notes, Version 1.6

Sun TM SNMP Management Agent Release Notes, Version 1.6 Sun TM SNMP Management Agent Release Notes, Version 1.6 Sun Microsystems, Inc. www.sun.com Part No. 820-5966-12 December 2008, Revision A Submit comments about this document by clicking the Feedback[+]

More information

TOOLBOXES AND TRAINING FOR INNOVATORS. UNDER THE DIRECTION OF DAVE CAISSY 2 nd EDITION

TOOLBOXES AND TRAINING FOR INNOVATORS. UNDER THE DIRECTION OF DAVE CAISSY 2 nd EDITION TOOLBOXES AND TRAINING FOR INNOVATORS UNDER THE DIRECTION OF DAVE CAISSY 2 nd EDITION WHAT IS TOOLBOX4 INNOVATORS? Toolbox4 Innovators offers Toolboxes and Training that facilitate the adoption of innovation

More information

Sun StorEdge Availability Suite Software Point-in-Time Copy Software Maximizing Backup Performance

Sun StorEdge Availability Suite Software Point-in-Time Copy Software Maximizing Backup Performance Sun StorEdge Availability Suite Software Point-in-Time Copy Software Maximizing Backup Performance A Best Practice Sun Microsystems, Inc. 4150 Network Circle Santa Clara, CA 95054 U.S.A. 650-960-1300 Part

More information

E-learning SOLutions for VEt

E-learning SOLutions for VEt E-learning SOLutions for VEt 540322-LLP-1-2013-1-HU-LEONARDO-LAM 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2013 Type de Projet: Candidature individuelle: Date limite de dépôt de candidature:

More information

Contenu Expert en Marketing

Contenu Expert en Marketing Contenu Expert en Marketing 2013-1-PL1-LEO05-37732 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Contenu Expert en Marketing 2013-1-PL1-LEO05-37732 Année: 2013 Type de Projet: Statut: Pays: Accroche

More information

Oracle Advanced Support Gateway Installation Guide

Oracle Advanced Support Gateway Installation Guide Oracle Advanced Support Gateway Installation Guide Part No: E40642-04 June 2015 Part No: E40642-04 Copyright 2015, Oracle and/or its affiliates. All rights reserved. This software and related documentation

More information

Finding a research subject in educational technology

Finding a research subject in educational technology Finding a research subject in educational technology Finding a research subject in educational technology thesis-subject (version 1.0, 1/4/05 ) Code: thesis-subject Daniel K. Schneider, TECFA, University

More information

Optimizing Solaris Resources Through Load Balancing

Optimizing Solaris Resources Through Load Balancing Optimizing Solaris Resources Through Load Balancing By Tom Bialaski - Enterprise Engineering Sun BluePrints Online - June 1999 http://www.sun.com/blueprints Sun Microsystems, Inc. 901 San Antonio Road

More information

Education et Formation Professionnelle des Commerçants du Gaz Naturel dans la Vision d un Pivot de Commerce du Gaz Naturel Turc

Education et Formation Professionnelle des Commerçants du Gaz Naturel dans la Vision d un Pivot de Commerce du Gaz Naturel Turc Vision d un Pivot de Commerce du Gaz Naturel Turc 2013-1-TR1-LEO05-47603 1 Vision d un Pivot de Commerce du Gaz Naturel Turc (2013-1-TR1-LEO05-47603) Information sur le projet Titre: Code Projet: Education

More information

Account Manager H/F - CDI - France

Account Manager H/F - CDI - France Account Manager H/F - CDI - France La société Fondée en 2007, Dolead est un acteur majeur et innovant dans l univers de la publicité sur Internet. En 2013, Dolead a réalisé un chiffre d affaires de près

More information

Introduction ToIP/Asterisk Quelques applications Trixbox/FOP Autres distributions Conclusion. Asterisk et la ToIP. Projet tuteuré

Introduction ToIP/Asterisk Quelques applications Trixbox/FOP Autres distributions Conclusion. Asterisk et la ToIP. Projet tuteuré Asterisk et la ToIP Projet tuteuré Luis Alonso Domínguez López, Romain Gegout, Quentin Hourlier, Benoit Henryon IUT Charlemagne, Licence ASRALL 2008-2009 31 mars 2009 Asterisk et la ToIP 31 mars 2009 1

More information

RÉPONSES D ÉNERGIE BROOKFIELD MARKETING INC. («EBMI») À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N o 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE PHASE II

RÉPONSES D ÉNERGIE BROOKFIELD MARKETING INC. («EBMI») À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N o 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE PHASE II RÉGIE DE L ÉNERGIE DOSSIER : R-3648-2007 RÉPONSES D ÉNERGIE BROOKFIELD MARKETING INC. («EBMI») À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N o 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE PHASE II Page 2 de 10 Question 1 1. Références

More information

Solaris 10 Documentation README

Solaris 10 Documentation README Solaris 10 Documentation README Sun Microsystems, Inc. 4150 Network Circle Santa Clara, CA 95054 U.S.A. Part No: 817 0550 10 January 2005 Copyright 2005 Sun Microsystems, Inc. 4150 Network Circle, Santa

More information

CFT 100000930 ICT review Questions/Answers

CFT 100000930 ICT review Questions/Answers CFT 100000930 ICT review Questions/Answers 1. Est-ce que la stratégie métier est formalisée dans un document détaillant les priorités? Yes, there are two strategic documents, the STRATEGIC ORIENTATIONS

More information

Upgrading the Solaris PC NetLink Software

Upgrading the Solaris PC NetLink Software Upgrading the Solaris PC NetLink Software By Don DeVitt - Enterprise Engineering Sun BluePrints OnLine - January 2000 http://www.sun.com/blueprints Sun Microsystems, Inc. 901 San Antonio Road Palo Alto,

More information

Altiris Patch Management Solution for Windows 7.6 from Symantec Third-Party Legal Notices

Altiris Patch Management Solution for Windows 7.6 from Symantec Third-Party Legal Notices Appendix A Altiris Patch Management Solution for Windows 7.6 from Symantec Third-Party Legal Notices This appendix includes the following topics: Third-Party Legal Attributions CabDotNet MICROSOFT PLATFORM

More information

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

More information

What theory of social justice. is best fit for disabled people?

What theory of social justice. is best fit for disabled people? Colloque ASERH 5 juillet 2012 What theory of social justice is best fit for disabled people? Philippe Sanchez What do we owe, politically, to? That is the fundamental question of every theory of justice.

More information

CANADA CUSTOMS INVOICE FACTURE DES DOUANES CANADIENNES

CANADA CUSTOMS INVOICE FACTURE DES DOUANES CANADIENNES Canada Customs and Revenue Agency 1. Vendor (name and address) - Vendeur (nom et adresse) Agence des douanes et du revenu du Canada CANADA CUSTOMS INVOICE FACTURE DES DOUANES CANADIENNES Page 2. Date of

More information

Advanced Software Engineering Agile Software Engineering. Version 1.0

Advanced Software Engineering Agile Software Engineering. Version 1.0 Advanced Software Engineering Agile Software Engineering 1 Version 1.0 Basic direction A agile method has to be A method is called agile if it follows Incremental the principles of the agile manifest.

More information

Performance Modeling of TCP/IP in a Wide-Area Network

Performance Modeling of TCP/IP in a Wide-Area Network INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE ET EN AUTOMATIQUE Performance Modeling of TCP/IP in a Wide-Area Network Eitan Altman, Jean Bolot, Philippe Nain, Driss Elouadghiri, Mohammed Erramdani, Patrick

More information

The Register of the Domain of the State A Revolution in the Registration of Land Rights

The Register of the Domain of the State A Revolution in the Registration of Land Rights The Register of the Domain of the State A Revolution in the Registration of Land Rights Daniel ROBERGE, Canada Key words: government, rights in public land, Internet, Register, Registration system, Cadastre

More information

AGRICULTURAL FINANCING ACROSS COMMODITY SPECIFIC CHAINS

AGRICULTURAL FINANCING ACROSS COMMODITY SPECIFIC CHAINS AGRICULTURAL FINANCING ACROSS COMMODITY SPECIFIC CHAINS VECO REGIONAL WORKSHOP HELD FROM 6 TH TO 8 TH OCTOBER 2009 IN KAMPALA/UGANDA (Fairway Hotel at Nakasero) Conclusions and way forward (Boukari Ayessaki,

More information

Programme Course Code Language of instruction Course Contact hours ECTS MGE OIC42002F French Analyse budgétaire et tableaux de bord 24 5 MGE

Programme Course Code Language of instruction Course Contact hours ECTS MGE OIC42002F French Analyse budgétaire et tableaux de bord 24 5 MGE Programme Course Code Language of instruction Course Contact hours ECTS MGE OIC42002F French Analyse budgétaire et tableaux de bord 24 5 MGE EFI42030F French Analyse financière approfondie 24 5 MGE EFI42030F

More information

Demand Driven Distribution: The Logistical Challenges and Opportunities

Demand Driven Distribution: The Logistical Challenges and Opportunities Demand Driven Distribution: The Logistical Challenges and Opportunities J. Ashayeri, R.P. Kampstra Department of Econometrics and Operations Research Tilburg University P.O. Box 90153 5000 LE Tilburg,

More information

Solaris 9 9/05 Installation Roadmap

Solaris 9 9/05 Installation Roadmap Solaris 9 9/05 Installation Roadmap This document is a guide to the DVD-ROM, CD-ROMs, and documents involved in installing the Solaris 9 9/05 software. Unless otherwise specified, this document refers

More information

NOTES POUR L ALLOCUTION DE M

NOTES POUR L ALLOCUTION DE M NOTES POUR L ALLOCUTION DE M. RÉJEAN ROBITAILLE, PRÉSIDENT ET CHEF DE LA DIRECTION, À LA CONFÉRENCE DES SERVICES FINANCIERS CANADIENS LE 31 MARS 2009, À 11H AU CENTRE MONT-ROYAL, À MONTRÉAL Mise en garde

More information

Sun Cluster 2.2 7/00 Data Services Update: Apache Web Server

Sun Cluster 2.2 7/00 Data Services Update: Apache Web Server Sun Cluster 2.2 7/00 Data Services Update: Apache Web Server Sun Microsystems, Inc. 901 San Antonio Road Palo Alto, CA 94303-4900 U.S.A. 650-960-1300 Part No. 806-6121 July 2000, Revision A Copyright 2000

More information

Il est repris ci-dessous sans aucune complétude - quelques éléments de cet article, dont il est fait des citations (texte entre guillemets).

Il est repris ci-dessous sans aucune complétude - quelques éléments de cet article, dont il est fait des citations (texte entre guillemets). Modélisation déclarative et sémantique, ontologies, assemblage et intégration de modèles, génération de code Declarative and semantic modelling, ontologies, model linking and integration, code generation

More information

PLEbaum - Development and implementation of a Personal Learning Environment in forestry and arboriculture

PLEbaum - Development and implementation of a Personal Learning Environment in forestry and arboriculture PLEbaum - Development and implementation of a Personal Learning Environment in forestry and arboriculture 503760-LLP-2009-DE-LEONARDO-LMP http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5391 1 LMP)

More information

Mise à jour du document Propriété intellectuelle Lignes directrices pour l application de la Loi

Mise à jour du document Propriété intellectuelle Lignes directrices pour l application de la Loi Mise à jour du document Propriété intellectuelle Lignes directrices pour l application de la Loi SECTION NATIONALE DU DROIT DE LA CONCURRENCE ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Juin 2014 500-865 Carling Avenue,

More information

site et appel d'offres

site et appel d'offres Définition des besoins et élaboration de l'avant-projet Publication par le client de l'offre (opération sur le externe) Start: 16/07/02 Finish: 16/07/02 ID: 1 Dur: 0 days site et appel d'offres Milestone

More information

Kahnawake Emergencies A brief overview of our response / Survol des interventions

Kahnawake Emergencies A brief overview of our response / Survol des interventions Kahnawake Emergencies A brief overview of our response / Survol des interventions Propane Tank Leak /Fuite Propane 1994 Ship Incident / Incident de navire -1995 112 Homes Flooded /Inondations de maisons

More information

FICHE PROJET. 2.0 DATE DU RECUEIL DE L INFORMATION (MM/AA : du type 02/03)

FICHE PROJET. 2.0 DATE DU RECUEIL DE L INFORMATION (MM/AA : du type 02/03) FICHE PROJET 1.0 TITRE DU PROJET Titre Greek School Network (Greece) Acronyme GSN 2.0 DATE DU RECUEIL DE L INFORMATION (MM/AA : du type 02/03) 15.04.2003 3.0 RESUME Fournir une description synthétique

More information

Appendix B Catalonia Prepared by the Agencia per a la Qualitat del Sistema Universitari

Appendix B Catalonia Prepared by the Agencia per a la Qualitat del Sistema Universitari Appendix B Catalonia Prepared by the Agencia per a la Qualitat del Sistema Universitari En Europe coexiste une diversité de modèles d'institutions responsables de la promotion et de la gestion de l'évaluation

More information

ALPINE Adult Learning Professions in Europe. Final report. A study of the current situation, trends and issues

ALPINE Adult Learning Professions in Europe. Final report. A study of the current situation, trends and issues ALPINE Adult Learning Professions in Europe A study of the current situation, trends and issues Final report This study has been financed by the European Commission Project number: B3276 Zoetermeer, August

More information

State of Maryland Health Insurance Exchange

State of Maryland Health Insurance Exchange Les résumés et les traductions contenus dans le présent avis ont été préparés par Primary Care Coalition mais n'ont pas été révisés ou approuvés par Maryland Health Connection. Notice Date: 03/30/2015

More information

RECENT DEVELOPMENTS IN THE DESIGN AND APPLICATIONS OF UTILITY-SCALE ENERGY STORAGE PLANT

RECENT DEVELOPMENTS IN THE DESIGN AND APPLICATIONS OF UTILITY-SCALE ENERGY STORAGE PLANT RECENT DEVELOPMENTS IN THE DESIGN AND APPLICATIONS OF UTILITY-SCALE ENERGY STORAGE PLANT A Price, B J Davidson Innogy Technology Ventures Limited, United Kingdom SUMMARY Innogy Limited announced the Regenesys

More information

Oracle Hardware Management Pack Security Guide

Oracle Hardware Management Pack Security Guide Oracle Hardware Management Pack Security Guide Part No: E27799-03 October 2015 Part No: E27799-03 Copyright 2014, 2015, Oracle and/or its affiliates. All rights reserved. This software and related documentation

More information

mvam: mobile technology for remote food security surveys mvam: technologie mobile pour effectuer des enquêtes à distance sur la sécurité alimentaire

mvam: mobile technology for remote food security surveys mvam: technologie mobile pour effectuer des enquêtes à distance sur la sécurité alimentaire mvam: mobile technology for remote food security surveys mvam: technologie mobile pour effectuer des enquêtes à distance sur la sécurité alimentaire September 16, 2014 http://www.wfp.org/videos/wfp-calling

More information

Stockage distribué sous Linux

Stockage distribué sous Linux Félix Simon Ludovic Gauthier IUT Nancy-Charlemagne - LP ASRALL Mars 2009 1 / 18 Introduction Répartition sur plusieurs machines Accessibilité depuis plusieurs clients Vu comme un seul et énorme espace

More information

Model-Driven Software Engineering for Virtual Machine Images Provisioning in Cloud Computing

Model-Driven Software Engineering for Virtual Machine Images Provisioning in Cloud Computing Model-Driven Software Engineering for Virtual Machine Images Provisioning in Cloud Computing Tam Le Nhan To cite this version: Tam Le Nhan. Model-Driven Software Engineering for Virtual Machine Images

More information

OTHER SCIENTIFIC AND TECHNICAL ISSUES THAT MAY BE NECESSARY FOR THE EFFECTIVE IMPLEMENTATION OF THE PROTOCOL

OTHER SCIENTIFIC AND TECHNICAL ISSUES THAT MAY BE NECESSARY FOR THE EFFECTIVE IMPLEMENTATION OF THE PROTOCOL CBD CONVENTION ON BIOLOGICAL DIVERSITY Distr. GENERAL UNEP/CBD/BS/COP-MOP/2/INF/6 18 April 2005 ORIGINAL: ENGLISH/FRENCH CONFERENCE OF THE PARTIES TO THE CONVENTION ON BIOLOGICAL DIVERSITY SERVING AS THE

More information

SUPPLEMENT N 4 DATED 12 May 2014 TO THE BASE PROSPECTUS DATED 22 NOVEMBER 2013. BPCE Euro 40,000,000,000 Euro Medium Term Note Programme

SUPPLEMENT N 4 DATED 12 May 2014 TO THE BASE PROSPECTUS DATED 22 NOVEMBER 2013. BPCE Euro 40,000,000,000 Euro Medium Term Note Programme SUPPLEMENT N 4 DATED 12 May 2014 TO THE BASE PROSPECTUS DATED 22 NOVEMBER 2013 BPCE Euro 40,000,000,000 Euro Medium Term Note Programme BPCE (the Issuer ) may, subject to compliance with all relevant laws,

More information

First-half 2012 Results. August 29 th, 2012. Jean-Paul AGON. Chairman and CEO

First-half 2012 Results. August 29 th, 2012. Jean-Paul AGON. Chairman and CEO First-half 2012 Results August 29 th, 2012 Jean-Paul AGON Chairman and CEO First-half 2012 Results +11.4% +10.8% Operating profit 1,702.3 1,896.5 Net profit after non-controlling interests 1,625.2 1,466.6

More information

Effective Age of Retirement: Innovative Methodology and Recent Experience

Effective Age of Retirement: Innovative Methodology and Recent Experience 2015s-13 Effective Age of Retirement: Innovative Methodology and Recent Experience Maxime Comeau, Denis Latulippe Série Scientifique/Scientific Series 2015s-13 Effective Age of Retirement: Innovative Methodology

More information

Reconstruction d un modèle géométrique à partir d un maillage 3D issu d un scanner surfacique

Reconstruction d un modèle géométrique à partir d un maillage 3D issu d un scanner surfacique Reconstruction d un modèle géométrique à partir d un maillage 3D issu d un scanner surfacique Silvère Gauthier R. Bénière, W. Puech, G. Pouessel, G. Subsol LIRMM, CNRS, Université Montpellier, France C4W,

More information

Rio de Janeiro. Tout simplement, HISTORIQUE! RESULTATS SPORTIFS Christophe PINNA NICE ELITE SPORT 21, bd Carnot 06300 Nice Tél. : +33 (0)6 08 45 80 07 Fax : +33 (0)4 93 56 78 77 Email : c.pinna@wanadoo.fr

More information

2009 Signed in: Kingstown

2009 Signed in: Kingstown Signature of the Updated EUCLID Framework Agreement by the Government of St Vincent and the Grenadines H.E. Minister of Education Girlyn Miguel (Also Deputy Prime Minister since 2010) 2009 Signed in: Kingstown

More information

International Diversification and Exchange Rates Risk. Summary

International Diversification and Exchange Rates Risk. Summary International Diversification and Exchange Rates Risk Y. K. Ip School of Accounting and Finance, University College of Southern Queensland, Toowoomba, Queensland 4350, Australia Summary The benefits arisen

More information

Module description. 1. Title of module Strategy 2013-14

Module description. 1. Title of module Strategy 2013-14 Module description Field of study: Business, Management and Services Degree course: Bachelor of Science HES-SO in Business Administration Major: International Management 1. Title of module Strategy 2013-14

More information

Altiris Patch Management Solution for Windows 7.5 SP1 from Symantec Third-Party Legal Notices

Altiris Patch Management Solution for Windows 7.5 SP1 from Symantec Third-Party Legal Notices Appendix A Altiris Patch Management Solution for Windows 7.5 SP1 from Symantec Third-Party Legal Notices This appendix includes the following topics: Third-Party Legal Attributions CabDotNet XML-RPC.NET

More information

Asset management in urban drainage

Asset management in urban drainage Asset management in urban drainage Gestion patrimoniale de systèmes d assainissement Elkjaer J., Johansen N. B., Jacobsen P. Copenhagen Energy, Sewerage Division Orestads Boulevard 35, 2300 Copenhagen

More information

FINAL DRAFT INTERNATIONAL STANDARD

FINAL DRAFT INTERNATIONAL STANDARD PROJECT IEC 61975 Edition 1.0 2010-05 FINAL DRAFT INTERNATIONAL STANDARD High-voltage direct current (HVDC) installations System tests INTERNATIONAL ELECTROTECHNICAL COMMISSION ICS 29.130.01; 31.080.01

More information

Scrubbing Disks Using the Solaris Operating Environment Format Program

Scrubbing Disks Using the Solaris Operating Environment Format Program Scrubbing Disks Using the Solaris Operating Environment Format Program By Rob Snevely - Enterprise Technology Center Sun BluePrints OnLine - June 2000 http://www.sun.com/blueprints Sun Microsystems, Inc.

More information